Présentation / Famille / Mariage / L'infidélité

L'infidélité : des conséquences tragiques

Extrait de Réveillez-vous ! du 22 avril 1999, pages 3-12

" Je suis parti ", avait dit la voix au téléphone. Probablement les mots les plus pénibles que Patricia [1 – Par souci d'anonymat, certains noms ont été changés.] avait jamais entendus de la part de son mari. " Je n'arrivais pas à croire qu'il m'ait trahie, dit-elle. Ce que j'avais toujours redouté le plus était devenu réalité : il m'avait quittée pour une autre. "

PATRICIA, 33 ans, était déterminée à faire de son mariage une réussite, et son mari lui avait assuré qu'il ne la quitterait jamais. " Nous nous étions promis l'un à l'autre de rester ensemble quoi qu'il arrive, et j'étais convaincue que c'était sincère. Et maintenant il me faisait ça ! [...] Plus rien, je n'ai plus rien ! "

Hiroshi n'oubliera jamais le jour où la liaison extraconjugale de sa mère a été découverte. " Je n'avais que 11 ans, raconte-t-il. Maman a traversé la maison comme un éclair, avec papa qui essayait de la retenir pour qu'ils puissent discuter. J'ai compris que quelque chose de très grave s'était passé. Papa était anéanti. D'ailleurs, il ne s'en est jamais vraiment remis. Et, comme il n'avait personne à qui se confier, c'est auprès de moi qu'il s'épanchait. Vous imaginez la scène : un homme de plus de 40 ans qui cherche consolation et soutien auprès de son fils de 11 ans ! "

Larmes d'hommes et de femmes trahis, scandales dans le clergé, les familles royales, le monde du cinéma ou de la politique, l'infidélité conjugale poursuit ses ravages. " L'adultère, lit-on dans la New Encyclopædia Britannica, semble aussi universel, et parfois aussi courant, que le mariage. " Selon certaines estimations, 50 à 75 % des gens mariés ont eu à un moment ou à un autre une aventure extraconjugale. Zelda West-Meads, d'un organisme britannique de conseil matrimonial, écrit que si beaucoup de cas d'infidélité ne sont jamais connus, " tout indique que les liaisons sont de plus en plus fréquentes ".

Séisme affectif

Bien qu'atterrants, les chiffres de l'infidélité conjugale et du divorce ne rendent pas pleinement compte des répercussions sur la vie quotidienne des intéressés. Outre les implications financières énormes, il y a ce séisme affectif que ne montrent pas les statistiques : les torrents de larmes, le désarroi incommensurable, le chagrin, l'appréhension, la douleur insupportable, les innombrables nuits sans sommeil d'une famille angoissée. Les victimes survivront peut-être à l'épreuve, mais la plaie mettra souvent du temps à se refermer. La douleur et le tort causés ne s'effacent pas facilement.

" Une rupture conjugale déclenche généralement une réaction affective très forte, qui menace parfois d'obscurcir votre vision des choses, dit l'ouvrage Survivre au divorce (angl.). Que faire ? Comment réagir ? Comment surmonter tout cela ? Vous risquez de passer de l'assurance au doute, de la colère à un sentiment de culpabilité, ou de la confiance à la suspicion. "

C'est ce qui est arrivé à Pedro quand il a appris l'infidélité de sa femme. " Lorsque votre conjoint vous a trompé, confie-t-il, un flot de sentiments contradictoires vous assaille. " La victime a elle-même bien du mal à prendre la vraie mesure du coup qui lui est porté — à combien plus forte raison les autres, qui ne savent pas grand-chose de la situation ! " Personne ne peut réellement comprendre ce que je ressens, affirme Patricia. Quand j'imagine mon mari avec elle, j'éprouve une douleur physique, une douleur impossible à décrire. " Elle ajoute : " Par moments, je crois sombrer dans la folie. Un jour je me sens forte, le lendemain je suis anéantie. Un jour il me manque, le lendemain je repense à tous ces stratagèmes, à tous ces mensonges, à toutes ces humiliations. "

Colère et angoisse

" Parfois, confesse un mari trompé, vous n'éprouvez rien d'autre que de la colère. " À l'indignation née du tort et des blessures causés s'ajoute, selon les termes d'une journaliste, " le ressentiment que l'on éprouve devant le gâchis de ce qui aurait pu être une union heureuse ".

Les sentiments de médiocrité, la sensation de ne pas être à la hauteur, sont également fréquents. Voyez Pedro. " Vous vous interrogez, dit-il : suis-je laid, ou même anormal ? Vous commencez à vous analyser sous toutes les coutures pour trouver l'erreur. " Dans son livre Les vœux brisés (angl.), Zelda West-Meads confirme : " L'une des choses les plus dures, c'est que votre amour-propre a passablement souffert. "

Sentiment de culpabilité et dépression

Aux états d'âme susmentionnés succède généralement un sentiment de culpabilité récurrent. " Je crois que, chez les femmes, le sentiment de culpabilité est très fort, témoigne une victime. On s'accuse en se demandant où l'on a péché. "

Cette remarque d'un mari trahi révèle un autre aspect de ce qu'il appelle un état affectif où alternent les extrêmes : " Jusque-là inconnus, les épisodes de dépression vont et viennent, un peu comme le mauvais temps. " Une femme que son mari a quittée pleurait tous les jours au début. " Je me souviens très bien de ma première journée sans larmes, raconte-t-elle ; c'était plusieurs semaines après son départ. Quelques mois plus tard, j'ai passé toute une semaine sans pleurer. Ces journées et ces semaines sans pleurs ont été des jalons sur la voie du rétablissement. "

Une double trahison

Beaucoup ne le comprennent pas, mais le coup que porte l'adultère à son conjoint est souvent double. En quel sens ? Laissons répondre Patricia : " Ça a été très dur. Ce n'était pas seulement mon mari, c'était depuis de nombreuses années mon ami, mon meilleur ami. " En effet, dans les difficultés, une femme recherche ordinairement le soutien de son mari. Or non seulement son mari lui cause maintenant un véritable traumatisme, mais il a cessé d'être l'appui tant apprécié qu'il était. Il a meurtri sa femme tout en lui volant son confident.

Le sentiment aigu de trahison qui s'ensuit est une des plus grandes épreuves qu'ait à supporter le conjoint innocent. Une conseillère matrimoniale explique pourquoi l'infidélité conjugale peut être si invalidante sur le plan affectif : " Nous investissons dans le mariage une part énorme de notre être, de nos espoirs, de nos rêves, de nos attentes [...], nous recherchons quelqu'un en qui nous pouvons vraiment avoir confiance, quelqu'un qui ne nous fera jamais défaut. Quand cette confiance est brusquement trahie, c'est parfois comme si un château de cartes était emporté par le vent. "

On l'aura compris, les victimes " ont besoin d'aide pour remettre de l'ordre dans leurs sentiments [...]. Peut-être faudra-t-il les éclairer sur les choix possibles et la façon de les concrétiser ". (Survivre au divorce.) Quels sont ces choix ?

Il se peut que vous hésitiez entre réconciliation et divorce. Surtout lorsque les relations conjugales étaient déjà tendues, il est très tentant de se dire que le divorce est la solution. Après tout, la Bible ne l'autorise-t-elle pas en cas d'infidélité (Matthieu 19:9) ? Inversement, sachant que la Bible ne vous oblige pas à divorcer, peut-être estimez-vous préférable de vous réconcilier avec votre conjoint pour rebâtir et consolider ensuite votre mariage.

Divorcer ou non d'un conjoint infidèle est une question personnelle. Mais comment décider ? Nous vous invitons tout d'abord à examiner quelques-uns des facteurs qui peuvent vous aider à déterminer si la réconciliation est possible ou non.

La réconciliation est-elle possible ?

" On peut facilement entamer une procédure de divorce sur un coup de tête, lit-on dans " Quand le couple va mal " (angl.). Et pourtant il doit exister beaucoup de mariages qui méritent de durer et qui pourraient être un succès si les problèmes étaient réglés. "

VOILÀ qui s'harmonise avec ce qu'a enseigné Jésus Christ sur le divorce. S'il a déclaré qu'il était permis à un homme ou à une femme de divorcer d'un conjoint qui lui aurait été infidèle, Jésus Christ n'en a pas fait une obligation (Matthieu 19:3-9). Un conjoint fidèle peut avoir des raisons d'essayer de sauver son mariage. Peut-être le coupable aime-t-il toujours sa femme [2 – Par souci de simplicité, nous parlerons généralement du conjoint fidèle au féminin. Toutefois, les principes examinés ici s'appliquent aussi bien aux maris trompés.]. Peut-être est-ce un mari attentionné et un père dévoué qui comble consciencieusement les besoins de sa famille. En songeant à ses besoins et à ceux de ses enfants, une femme trompée décidera peut-être de se réconcilier avec son mari au lieu de divorcer. Si tel est le cas, quels facteurs prendre en considération, et comment vaincre les obstacles à la reconstruction du couple ?

Disons d'abord que ni le divorce ni la réconciliation ne sont choses faciles. De plus, le simple fait de pardonner à son mari adultère résout rarement les problèmes de fond. Pour sauver un mariage, il faut d'ordinaire beaucoup s'analyser (un exercice douloureux en la circonstance), communiquer franchement et travailler dur. Les couples sous-estiment souvent la somme de temps et d'efforts nécessaire à la reconstruction de leurs liens. Mais beaucoup ont persévéré et connaissent maintenant une union stable.


POUR UN VRAI SOUTIEN

Vu les nombreux facteurs susceptibles d'entrer en ligne de compte, il peut être bon de se tourner vers un conseiller expérimenté et équilibré. Les Témoins de Jéhovah, par exemple, peuvent consulter les anciens de leur congrégation, des hommes bons et compatissants. — Jacques 5:13-15.

Les conseillers, les amis et les membres de la famille ne devraient pas mettre en avant leur opinion personnelle ni encourager ou condamner une réconciliation ou un divorce bibliquement autorisé. " Apportez-nous tout votre soutien, mais laissez-nous décider nous-mêmes ", dit une chrétienne divorcée.

Il faut s'assurer soigneusement que les conseils que l'on donne sont bien fondés sur la Bible. " Ne dictez pas à la personne ce qu'elle doit ou ne doit pas ressentir, conseille une divorcée. Laissez-la plutôt ouvrir son cœur. " La sympathie, l'affection fraternelle et une tendre compassion seront un baume pour ce cœur brisé (1 Pierre 3:8). Un conseiller expérimenté a déclaré : " Il existe tel homme qui parle inconsidérément comme avec des coups d'épée, mais la langue des sages est guérison. " — Proverbes 12:18.

" J'avais besoin de compréhension, d'un mot de réconfort, d'un encouragement, dit un mari trompé. Ma femme, elle, avait terriblement besoin d'une orientation précise et de félicitations pour les efforts qu'elle faisait, d'un soutien tangible qui l'aiderait à persévérer. "

Si, après mûre réflexion, quelqu'un opte pour le divorce ou la séparation, comme la Bible l'y autorise, les conseils donnés ne doivent pas faire naître de sentiment de culpabilité. Il s'agit au contraire d'aider la personne à surmonter ce sentiment injustifié.

" Si vous voulez vraiment être une source de réconfort, dit une victime, n'oubliez jamais que des sentiments humains très forts sont impliqués. "


Questions à se poser

Pour prendre une décision éclairée, une femme doit comprendre ses sentiments et savoir quelles possibilités s'offrent à elle. Elle pourrait se demander : Mon mari veut-il revenir ? A-t-il réellement mis un terme à sa liaison adultère, ou temporise-t-il ? A-t-il demandé pardon ? Si oui, est-il vraiment repentant ? Ses remords sont-ils sincères, ou a-t-il tendance à rejeter la faute sur moi ? Regrette-t-il vraiment le tort qu'il a causé, ou est-il simplement attristé parce que sa liaison a été dévoilée et interrompue ?

Quelles sont les perspectives d'avenir ? A-t-il commencé à rejeter les pensées et les actions qui l'ont mené à l'adultère ? Est-il résolu à ne pas répéter son erreur, ou a-t-il toujours tendance à flirter et à nouer des liens affectifs illicites avec les personnes de l'autre sexe (Matthieu 5:27, 28) ? Souhaite-t-il vraiment s'investir pour reconstruire notre mariage ? Si oui, que fait-il en ce sens ? Suivant la réponse à ces questions, on peut avoir des raisons de croire une réconciliation possible.

Essentielle : la communication

" Les plans échouent là où il n'y a pas d'entretiens confidentiels ", dit un rédacteur biblique (Proverbes 15:22). Cela est on ne peut plus vrai quand une femme trompée éprouve le besoin de parler avec son mari de ce qu'il a fait. Sans forcément entrer dans les détails d'ordre sexuel, le couple pourrait avoir une discussion très franche qui permettra d'établir ce qui s'est réellement passé et de dissiper ainsi les équivoques. Cela évitera probablement aux conjoints de s'éloigner un peu plus l'un de l'autre à cause de malentendus et d'une rancune persistante. Certes, ces discussions risquent d'être pénibles, tant pour le mari que pour la femme. Mais nombre de couples ont constaté qu'elles étaient très importantes dans la restauration de la confiance.


POURQUOI CERTAINES RESTENT AVEC LEUR MARI

En de nombreux endroits, certaines femmes n'ont guère d'autre choix que de rester avec un mari adultère non repentant. Par exemple, des chrétiennes vivant dans des régions pauvres ou déchirées par la guerre restent avec un conjoint infidèle qui, par ailleurs, continue à s'occuper de sa maisonnée. Elles jouissent ainsi d'un toit, de la protection dont elles ont besoin, de rentrées d'argent régulières et de la stabilité relative qu'apporte un mari même infidèle dans un foyer. Ces femmes estiment que, si leur situation n'est ni enviable ni facile, elles sont, tout au moins dans ce contexte précis, plus libres que si elles devaient se débrouiller toutes seules.

Après avoir supporté une situation de ce genre pendant parfois des années, des femmes ont eu le bonheur de voir leur conjoint changer pour devenir un mari chrétien fidèle et plein d'amour. — Voir 1 Corinthiens 7:12-16.

Par conséquent, il ne convient pas de critiquer une femme qui a choisi de rester avec un mari infidèle non repentant. Elle a pris une décision difficile et mérite qu'on lui apporte toute l'aide et tout le soutien dont elle a besoin.


Un autre pas essentiel à une réconciliation vraie consiste à identifier ce qui ne va pas dans le couple, les points que l'un et l'autre doivent travailler. Zelda West-Meads fait cette recommandation : " Une fois que vous avez exprimé complètement votre douleur, que vous avez décidé de classer l'affaire et de rester avec votre conjoint, déterminez [tous les deux] la cause du problème et redynamisez votre couple. "

Peut-être ne vous estimiez-vous plus l'un l'autre à votre juste valeur. Peut-être les activités spirituelles ont-elles été négligées. Peut-être n'étiez-vous pas assez ensemble. Peut-être, enfin, n'avez-vous pas gratifié votre conjoint de tout l'amour, de toute la tendresse, de tous les éloges et de tout l'honneur dont il avait besoin. Un réexamen en commun de vos objectifs et de vos valeurs vous rapprochera beaucoup et réduira le risque d'une nouvelle infidélité.

Cultivez le pardon

Malgré la sincérité de ses efforts, une femme peut avoir du mal à pardonner à son mari, et encore plus à celle avec qui il l'a trompée (Éphésiens 4:32). Toutefois, il est possible de vaincre progressivement son ressentiment et son amertume. " Le conjoint fidèle doit comprendre qu'il vient un moment où il lui faut avancer, dit un ouvrage. Il importe que vous cessiez, à chaque dispute, de ressortir à votre conjoint ses vieux péchés pour [le] punir. "

Plus d'une femme, en s'efforçant de combattre et d'éliminer un profond ressentiment, a fini par ne plus éprouver aucune hostilité à l'égard du coupable. Ce qui est essentiel pour reconstruire un mariage.


QUI EST RESPONSABLE ?

Certes, il est des cas où les défauts du conjoint innocent ont généré des tensions au sein du couple. Cependant, la Bible déclare que " chacun est éprouvé en se laissant entraîner et séduire par son propre désir. Puis le désir, quand il a été fécondé, donne naissance au péché ". (Jacques 1:14, 15.) Bien que divers facteurs puissent jouer, c'est principalement à cause de son " propre désir " qu'on commet l'adultère. Si les défauts d'un conjoint créent des difficultés dans un couple, ce n'est pas une liaison adultère qui les résoudra. — Hébreux 13:4.

Bien plutôt, les difficultés conjugales se résolvent quand le mari comme la femme persévèrent dans l'application des principes bibliques, tels que celui de ' se supporter l'un l'autre et de se pardonner volontiers l'un à l'autre '. Ils doivent également s'attacher à manifester des qualités comme ' les tendres affections de la compassion, la bonté, l'humilité, la douceur et la patience '. Par-dessus tout, il leur faut ' se revêtir de l'amour, car c'est un lien d'union parfait '. — Colossiens 3:12-15.


Le réapprentissage de la confiance

" Retrouverons-nous la confiance qui existait entre nous ? " se demandait une femme éperdue. Son inquiétude est compréhensible car, en trompant son conjoint, l'adultère a détruit — ou tout au moins sérieusement entamé — sa confiance. Tel un vase, la confiance est facile à briser mais difficile à restaurer. Or une confiance et un respect mutuels s'imposent pour qu'une vie à deux ne soit pas seulement sauvée mais qu'elle s'épanouisse.

Pour en arriver là, il faut généralement réapprendre la confiance. Au lieu d'exiger la confiance (ce qui serait de l'insensibilité de sa part), le coupable peut en favoriser le rétablissement en étant d'une complète transparence sur son emploi du temps. Les chrétiens sont encouragés à ' rejeter le mensonge et à se dire la vérité ' l'un à l'autre (Éphésiens 4:25). Pour regagner la confiance de votre épouse, peut-être devrez-vous au départ " lui indiquer très précisément votre emploi du temps, l'informer exactement de vos mouvements, écrit Zelda West-Meads. Dites-lui où vous allez et quand vous rentrerez, et veillez à être là où vous lui avez dit que vous alliez ". En cas de changement de programme, prévenez-la.

Du temps et des efforts peuvent être nécessaires pour qu'une femme retrouve le sentiment de sa dignité. Le coupable l'y aidera en n'étant pas avare d'affection et de félicitations, en lui disant souvent qu'il l'apprécie et qu'il l'aime. Une conseillère matrimoniale respectée déclare : " Rendez-lui votre hommage pour tout ce qu'elle fait. " (Proverbes 31:31, Kuen). De son côté, la femme peut s'employer à reprendre confiance en elle en fixant son esprit sur ce qu'elle fait de bien.

Il faut du temps

Vu le terrible chagrin que cause l'infidélité, il n'est pas surprenant que des souvenirs précis et douloureux puissent resurgir même des années après. Toutefois, tandis que la plaie se referme progressivement, l'humilité, la patience et l'endurance des deux conjoints favoriseront la restauration de la confiance et du respect. — Romains 5:3, 4 ; 1 Pierre 3:8, 9.

" La douleur atroce que l'on ressent dans les premiers mois ne dure pas, lit-on dans Les vœux brisés. [Elle] finit bel et bien par se dissiper [...]. Avec le temps, vous passerez plusieurs jours, plusieurs semaines, plusieurs mois, voire plusieurs années, sans y penser. " En appliquant toujours les principes bibliques dans votre mariage et en recherchant la bénédiction et la direction divines, vous goûterez assurément l'effet apaisant de " la paix de Dieu, qui surpasse toute pensée ". — Philippiens 4:4-7, 9.

" Avec le recul, dit Pedro, je constate que ces événements ont modifié le cours de notre existence. Nous devons encore faire de temps en temps quelques ' réparations ', mais nous avons survécu à l'épreuve. Nous sommes toujours mariés, et qui plus est heureux. "

Qu'en est-il maintenant si une femme n'a pas de raisons de pardonner à son mari infidèle ? ou si elle lui pardonne effectivement — en ce sens qu'elle ne garde pas rancune — mais qu'elle choisisse pour des motifs valables de divorcer, comme la Bible l'y autorise [3 – Reportez-vous à l'article " D'après la Bible... Adultère : faut-il ou non pardonner ? " publié dans notre numéro du 8 août 1995.] ? Qu'est-ce qu'un divorce peut exiger d'une femme ? Nous vous invitons à considérer les facteurs impliqués dans un divorce et la façon dont certaines ont surmonté le leur.

Quand on opte pour le divorce

" Quand votre mari meurt, les gens vous comprennent, même si vous n'avez pas été la meilleure des épouses. Mais quand il vous quitte, certains pensent que vous n'avez pas fait votre devoir. Je vous en supplie, aidez-moi ! " — Une lectrice sud-africaine.

L'INFIDÉLITÉ et le divorce peuvent être très traumatisants. Si beaucoup ont trouvé des raisons de se réconcilier avec leur conjoint et de préserver ainsi leur union, d'autres ont de solides raisons de divorcer de leur mari adultère, comme Dieu les y autorise (Matthieu 5:32 ; 19:9). Par exemple, la sécurité, la spiritualité et le bien-être général de l'intéressée et de ses enfants peuvent être menacés. La femme peut également craindre d'être infectée par une maladie sexuellement transmissible, ou avoir pardonné à son mari mais n'avoir guère de raisons de croire qu'elle pourra vraiment lui faire confiance, donc qu'elle pourra continuer à vivre avec lui.

" Cela a été la décision la plus difficile de ma vie ", dit une femme très perturbée. Difficile, pareille décision l'est effectivement : à cause de la douleur qu'éprouve une femme trahie, mais aussi parce que le divorce aura des conséquences sur sa vie tout entière. Dès lors, c'est à elle qu'il appartient de décider si elle divorcera ou non. La Bible lui accorde ce droit, et les autres doivent le respecter.

Malheureusement, beaucoup divorcent à la hâte sans en avoir vraiment calculé le coût (voir Luc 14:28). Quels sont quelques-uns des facteurs impliqués ?


LES ENFANTS NE MÉRITENT PAS LE DIVORCE

En 1988, Diana, princesse de Galles, disait qu'en Grande-Bretagne le divorce touchait jusqu'à 420 enfants chaque jour. Un tiers de ces enfants ont moins de cinq ans et, détail tragique, après la rupture, 40 % perdent tout contact avec un de leurs parents.

Contrairement à ce que beaucoup pensent, " très peu d'enfants se réjouissent du divorce de leurs parents, fait observer une journaliste médicale respectée. La grande majorité préféreraient que leurs parents restent ensemble, même si le climat familial est tendu ". La liaison adultère a pu provoquer beaucoup de disputes entre mari et femme ; mais les conjoints ne devraient pas en conclure trop vite qu'un divorce serait préférable pour leurs enfants. En modifiant leur état d'esprit et leur comportement, peut-être pourront-ils sauver leur mariage, pour le bien de toute la famille.

" Les maris infidèles, écrit Pamela Winfield, devraient penser aux larmes que provoquera chez leurs enfants la rupture familiale consécutive à la folie qu'ils commettent. "


S'il y a des enfants

" Trop préoccupés par leurs propres problèmes, les parents oublient souvent, volontairement ou non, les besoins de leurs enfants ", relève-t-on dans Quand le couple va mal. Par conséquent, si vous songez au divorce, pensez à la spiritualité et au bonheur de vos enfants. De nombreux sociologues constatent que plus un divorce se passe dans le calme, moins les enfants souffrent. Même dans les moments difficiles, la douceur aidera quelqu'un à ' ne pas se battre, mais à être doux envers tous, se contenant sous le mal '. — 2 Timothée 2:24, 25 [4 – Pour de plus amples renseignements, voyez le dossier " Garde des enfants : pour une attitude raisonnable " et l'article " De l'aide pour les enfants du divorce " dans nos numéros des 8 décembre 1997 et 22 avril 1991.].

Une femme qui décide de divorcer doit se rappeler qu'elle divorce de son mari mais que ses enfants ne divorcent pas de leur père. Ils ont toujours besoin de leur maman et de leur papa. Bien sûr, il y a des cas extrêmes, comme lorsqu'un enfant risque de subir des sévices. Toutefois, on ne devrait pas se servir de différends religieux ou personnels pour priver ses enfants du bonheur d'avoir leurs deux parents.

Il faut également tenir compte de la fragilité affective des jeunes enfants et de leur énorme besoin d'attentions rassurantes, d'amour et d'affection. " Cette permanence de l'amour leur fournira à la fois un contexte et un fondement grâce auxquels ils pourront s'adapter à leur situation nouvelle ", dit un ouvrage. On les aidera également à conserver leur stabilité en comblant leurs besoins spirituels quotidiens. — Deutéronome 6:6, 7 ; Matthieu 4:4.


DIEU HAIT-IL TOUT DIVORCE ?

" Sachant que ' Jéhovah hait le divorce ', j'étais très perturbée, raconte Patricia. En mon for intérieur, je me demandais toujours si je ne déplaisais pas à Jéhovah. "

Pour savoir si Dieu hait tout divorce, considérons le contexte de Malaki 2:16. À l'époque de Malaki, de nombreux Israélites divorçaient de leur femme, peut-être pour épouser des femmes païennes et plus jeunes. Dieu a condamné cette duplicité, cette trahison (Malaki 2:13-16). Par conséquent, Dieu hait le divorce quand il s'agit de se débarrasser de son conjoint pour en prendre un autre. Un homme qui, par calcul, commet l'adultère puis divorce de sa femme ou fait pression sur elle pour qu'elle divorce de lui agit avec traîtrise et se rend coupable d'un péché abominable aux yeux de Dieu.

Toutefois, ces versets ne condamnent pas systématiquement le divorce. Ce que confirment ces paroles de Jésus : " Quiconque divorce d'avec sa femme — sauf pour motif de fornication — et se marie avec une autre, commet l'adultère. " (Matthieu 19:9). Par ces mots, Jésus montrait que la fornication est un motif biblique de divorce, en fait le seul motif permettant le remariage. Le conjoint innocent peut décider de pardonner. Cependant, si, s'appuyant sur les paroles précitées de Jésus, il choisit de divorcer, il ne fait rien de détestable aux yeux de Jéhovah. C'est la conduite fourbe d'un conjoint infidèle qui fait horreur à Dieu.


Argent et procédure

Un divorce prive inévitablement chacun des époux de certains revenus et biens, d'un certain confort et, parfois, de son chez-soi. Puisque l'on aura peut-être davantage de dépenses et moins de rentrées d'argent, la sagesse veut que l'on établisse un budget réaliste en fonction des priorités. Il ne faut pas succomber au puissant désir de dépenser plus ou de contracter des dettes pour compenser sa douleur ou la perte de certains biens.

Si l'on décide de s'engager dans une procédure de divorce, il est également nécessaire de décider avec son conjoint de l'utilisation du ou des comptes joints. Pour éviter les mauvaises surprises, il peut être judicieux par exemple de demander à sa banque d'exiger pour chaque retrait les deux signatures tant que chacun ne possédera pas son propre compte.

Il est également prudent de conserver une trace précise de ses revenus et de ses dépenses en prévision des négociations sur la pension alimentaire. Par ailleurs, dans de nombreux pays, la loi exige que l'on informe les services fiscaux de tout changement dans sa situation de famille.

Enfin, la plupart des gens ont intérêt à consulter un avocat spécialisé dans les questions de divorce. Dans certains pays, un conciliateur peut aider le couple à parvenir dans le calme à des accords qui seront ensuite ratifiés par un tribunal. Surtout lorsqu'il y a des enfants, beaucoup préfèrent solliciter les services d'un professionnel qui n'ait pas le goût de la confrontation : ils ne souhaitent pas gagner à tout prix, mais éviter le plus possible les conflits et les blessures. Certains avantages matériels ne valent absolument pas le coût affectif et financier qu'ils supposent.

Quand les amis ne sont plus les mêmes

" Il ne faut pas sous-estimer les doutes et les sentiments de gêne qu'ont beaucoup envers leurs amis divorcés ", souligne une sociologue. Même si une femme trompée agit conformément à son droit légal, moral et biblique, il est fort à craindre que certains la jugent responsable de son échec conjugal. Leur réaction peut aller de la froideur dans les salutations à la fuite manifeste. Pire, la belle amitié qu'avaient certains pour l'intéressée se mue parfois en une franche animosité.

Beaucoup n'imaginent pas tout le soutien dont une femme qui divorce a besoin. À leurs yeux, une brève lettre ou une carte suffisent. Heureusement, il y a généralement des amis qui " vous comprennent et qui vous appelleront pour savoir si vous avez besoin d'un coup de main, d'être accompagnée quelque part ou tout simplement de parler ", lit-on dans le livre Divorce et séparation (angl.). Dans ces moments, on a besoin d'un " ami plus attaché qu'un frère ". — Proverbes 18:24.

Travaillez à votre guérison

" Il y a encore des moments où, même en compagnie des autres, je me sens incroyablement seule ", dit une mère divorcée depuis 16 ans. Comment surmonte-t-elle sa situation ? " Je me suis construit une sorte de défense en m'activant dans mon travail, en m'occupant de mon fils et en entretenant ma maison, répond-elle. J'ai également commencé à assister aux réunions des Témoins de Jéhovah, à faire connaître mes croyances à mes voisins et à rendre service aux autres. Cela m'a beaucoup aidée. "

Certaines dates et époques de l'année peuvent ressusciter des souvenirs pénibles : le jour où vous avez " su ", la période où votre mari a quitté la maison, la date du procès. Il en est de même pour les moments joyeux que vous passiez ensemble, comme les vacances ou les anniversaires de mariage. " Ces jours-là, je m'arrange pour être avec des parents ou des amis proches qui connaissent ma situation, dit Patricia. Ces moments m'aident à ne pas penser au passé et constituent ensuite de nouveaux souvenirs. Mais ce qui me soutient le plus, c'est mon amitié avec Jéhovah, de savoir qu'il me comprend. "

Prenez courage

Une femme qui applique les principes bibliques et choisit, comme Dieu l'y autorise, de divorcer d'un mari adultère n'a pas à se sentir coupable ni à craindre d'avoir été abandonnée de Jéhovah. C'est la trahison du conjoint infidèle, trahison responsable de ' pleurs et de soupirs ', que Dieu hait (Malaki 2:13-16). Même Jéhovah, le Dieu de " tendre compassion ", sait ce que c'est que d'être rejeté par quelqu'un que l'on aime (Luc 1:78 ; Jérémie 3:1 ; 31:31, 32). Soyez assurée que " Jéhovah aime la justice, et [qu']il ne quittera pas ses fidèles ". — Psaume 37:28.

Bien sûr, l'idéal est qu'un mari ne trompe pas sa femme ; une situation tragique pourra ainsi être évitée. Le secret du bonheur familial [5 – Publié par les Témoins de Jéhovah.], guide pratique à l'intention des familles, aide de nombreuses personnes du monde entier à construire une union forte. Plusieurs chapitres expliquent comment être heureux en ménage, élever ses enfants et surmonter les difficultés conjugales. Les Témoins de Jéhovah de votre région ou les éditeurs de cette revue seront heureux de vous donner davantage de renseignements sur ce sujet.

Plan du site