Présentation / Famille / Mariage / Réussir son mariage

Songez-vous au mariage ?

Extrait de La Tour de Garde du 15 février 1999, pages 3-8

Si on comparait le phénomène du divorce dans le monde à un séisme, les États-Unis en seraient l'épicentre. Récemment, en une seule année, plus d'un million d'unions se sont défaites dans ce pays, soit en moyenne deux par minute. Mais vous savez certainement fort bien que les États-Unis ne détiennent pas le monopole de l'échec conjugal.

SELON une enquête, les taux du divorce en Angleterre et au pays de Galles, au Canada, en France, en Grèce et aux Pays-Bas ont plus que doublé depuis 1970.

Nous avons toutes les raisons de penser que la plupart des couples s'engagent dans les liens du mariage parce qu'ils s'aiment et veulent passer ensemble le reste de leur vie. Hélas ! le rêve d'un mariage heureux reste souvent... rien de plus qu'un beau rêve. En s'éveillant à la réalité, beaucoup ont déclaré qu'ils s'étaient mariés trop tôt ou qu'ils avaient mal choisi leur conjoint, ou les deux.

Pourquoi tant de mariages se brisent-ils ? " La raison principale est un manque de préparation ", dit l'auteur d'un livre sur les fréquentations. Et encore : " Quand j'ai affaire à des couples en plein échec conjugal, deux sentiments me submergent : la pitié et la colère. J'ai pitié parce qu'ils n'ont pas réalisé leur rêve de satisfaction mutuelle. Je suis en colère devant leur ignorance quant à la complexité de la tâche. "

C'est vrai : beaucoup se marient en n'ayant que peu ou pas idée de la façon de réussir dans ce domaine. Mais ce n'est pas très surprenant. Un éducateur a fait cette remarque : " Combien de nos jeunes passent leurs années d'université à étudier le comportement des rats et des lézards, sans rien apprendre du comportement de deux personnes qu'on appelle mari et femme ? "

Vous posez-vous des questions sur le mariage — le vôtre, soit en projet, soit en cours ? Si oui, il vous faut savoir qu'une relation vécue est bien différente de celles que l'on voit au cinéma, à la télévision ou dans les romans. En même temps, l'union de deux personnes mûres qui s'aiment vraiment peut être considérée comme un don de Dieu (Proverbes 18:22 ; 19:14). Comment donc vous assurer que vous êtes prêt à assumer les exigences du mariage ? Quels facteurs devez-vous considérer dans le choix d'un conjoint ? Ou, si vous êtes déjà marié, comment mettre toutes les chances de votre côté pour trouver un bonheur durable dans votre mariage ?

Les ingrédients d'un mariage réussi

Plongeriez-vous dans une rivière sans avoir d'abord appris à nager ? Ce serait le type même du geste insensé : périlleux, voire fatal ! Et pourtant, combien d'inconscients plongent dans le mariage en sachant bien peu comment en assumer les responsabilités !

JÉSUS a dit : " Lequel d'entre vous qui veut bâtir une tour ne s'assoit d'abord pour calculer la dépense et voir s'il a de quoi la terminer ? " (Luc 14:28). Ce qui est vrai pour la construction d'une tour l'est aussi pour la construction d'un mariage. Ceux qui veulent se lancer dans le mariage devraient évaluer soigneusement ce qu'il coûte, afin de s'assurer qu'ils pourront répondre à ce qu'il exige.

Qu'est-ce que le mariage ?

Avoir un conjoint avec qui partager les joies et les peines de la vie est véritablement une bénédiction. Le mariage peut combler un vide causé par la solitude ou le désespoir. Il peut satisfaire notre désir inné d'amour, de compagnie et d'intimité. Voilà pourquoi Dieu dit après avoir créé Adam : " Il n'est pas bon que l'homme reste seul. Je vais lui faire une aide qui lui corresponde. " — Genèse 2:18 ; 24:67 ; 1 Corinthiens 7:9.

Il est vrai que le mariage peut résoudre certains problèmes. Mais il en amène de nouveaux. En effet, il s'agit de la fusion de deux personnalités distinctes, qui sont peut-être compatibles mais certainement pas identiques. Ainsi, même les couples assortis se heurtent de temps à autre. L'apôtre Paul écrivit que ceux qui se marient auront " des tribulations dans leur chair ", autrement dit, selon la Bible en français courant, " des souffrances dans leur vie quotidienne ". — 1 Corinthiens 7:28.

Paul était-il pessimiste ? Pas du tout ! Il voulait simplement exhorter ceux qui envisageaient de se marier à être réalistes. Le sentiment euphorique de l'attirance que nous ressentons pour quelqu'un n'est pas un indice exact de ce que sera la vie de couple dans les mois et les années qui suivront le jour des noces. Chaque mariage comporte ses défis et ses problèmes spécifiques. La question n'est pas de savoir s'il y aura des difficultés, mais de savoir comment y faire face quand elles surgiront.

Les difficultés donnent au mari et à la femme l'occasion de montrer la sincérité de leur amour l'un pour l'autre. Exemple : Un bateau de croisière peut sembler majestueux tant qu'il est immobile, amarré à un quai. Mais c'est en marche, peut-être même dans les vagues fracassantes d'une tempête, qu'il se révélera en mesure de tenir la mer. Pareillement, on ne peut pas préjuger de la force d'un lien conjugal uniquement pendant les paisibles moments de rencontres romanesques. Parfois, elle ne se révèle que dans une situation éprouvante lorsque le couple tient bon dans la tourmente.

Pour cela, il faut que les conjoints se sentent engagés l'un envers l'autre, car Dieu a décrété que l'homme ' s'attacherait à sa femme ' et que les deux ' deviendraient une seule chair '. (Genèse 2:24.) L'idée d'engagement effraie beaucoup de gens aujourd'hui. Cependant, c'est pure logique que deux personnes qui s'aiment réellement veuillent se faire la promesse solennelle de rester ensemble. L'engagement apporte de la dignité au mariage. Il est un fondement essentiel qui donne l'assurance au mari et à la femme que, quoi qu'il arrive, l'autre le soutiendra [1 – La Bible n'autorise le divorce avec possibilité de remariage que pour un seul motif, la " fornication ", c'est-à-dire les relations sexuelles hors mariage. — Matthieu 19:9.]. Si vous n'êtes pas prêt pour un tel engagement, c'est que vous n'êtes pas vraiment prêt pour le mariage (voir Ecclésiaste 5:4, 5). Même ceux qui sont déjà mariés peuvent avoir besoin de se rappeler l'importance de l'engagement pour la solidité de leur union.


" La meilleure description de l'amour que j'aie jamais lue "

Question du docteur Kevin Leman : " Comment savoir si vous êtes vraiment amoureux ? " Réponse : " Il existe un livre ancien qui contient une description de l'amour. Le livre est vieux de près de deux mille ans, mais c'est pourtant la meilleure description de l'amour que j'aie jamais lue. "

Le docteur Leman faisait allusion aux paroles de l'apôtre Paul consignées dans la Bible en 1 Corinthiens 13:4-8 :

" L'amour est patient et bon. L'amour n'est pas jaloux, il ne se vante pas, ne se gonfle pas d'orgueil, n'agit pas de façon inconvenante, ne cherche pas ses propres intérêts, ne s'irrite pas. Il ne tient pas compte du mal subi. Il ne se réjouit pas de l'injustice, mais se réjouit avec la vérité. Il supporte tout, croit tout, espère tout, endure tout. L'amour ne disparaît jamais. "


Regard sur vous-même

Vous êtes très certainement capable de dresser la liste des qualités que vous aimeriez trouver chez un conjoint. En revanche, il est bien plus difficile de se regarder soi-même pour juger de ce que l'on peut apporter dans le mariage. Un regard sur vous-même s'impose, avant et après avoir prononcé les vœux du mariage. Ainsi, posez-vous ces questions :

• Suis-je disposé à m'engager pour la vie envers mon conjoint ? — Matthieu 19:6.

Aux jours du prophète Malaki, beaucoup de maris quittaient leur femme, apparemment pour en épouser une plus jeune. Jéhovah expliqua que son autel était couvert des larmes des femmes abandonnées, et il condamna les hommes qui, en faisant cela, ' trahissaient ' leur conjoint. — Malaki 2:13-16.

• Si j'envisage de me marier, ai-je passé l'âge de la jeunesse où l'attirance sexuelle encore prédominante peut fausser mon jugement ? — 1 Corinthiens 7:36.

C'est très risqué de se marier trop jeune ", dit Nikki, mariée à 22 ans. Elle ajoute : " Vos sentiments, vos objectifs, vos goûts continuent de changer entre la fin de l'adolescence et l'approche de la trentaine. " Bien sûr, l'aptitude à se marier n'est pas qu'une question d'âge. Néanmoins, on peut avoir le raisonnement faussé et ne pas discerner d'éventuels problèmes si l'on envisage de se marier alors que n'est pas passé le stade de la jeunesse où l'attirance pour l'autre sexe est un sentiment nouveau et particulièrement fort.

• Ai-je des qualités qui contribueront à faire réussir mon mariage ? — Galates 5:22, 23.

L'apôtre Paul écrivit aux Colossiens : " Revêtez-vous des tendres affections de la compassion, ainsi que de bonté, d'humilité, de douceur et de patience. " (Colossiens 3:12). Ce conseil est valable pour ceux qui envisagent le mariage comme pour ceux qui sont déjà mariés.

• Suis-je capable de manifester la maturité nécessaire pour soutenir mon conjoint dans les moments difficiles ? — Galates 6:2.

Quand des difficultés surgissent, dit un médecin, la tendance est à accuser le conjoint. Le plus important n'est pourtant pas de savoir à qui la faute, mais comment mari et femme peuvent coopérer pour améliorer leurs relations conjugales. " Ces paroles du sage roi Salomon s'appliquent aux gens mariés : " Deux valent mieux qu'un, [...] car si l'un d'eux vient à tomber, l'autre pourra relever son associé. Mais qu'arrivera-t-il à celui qui est seul et qui tombe lorsqu'il n'y a pas de second pour le relever ? " — Ecclésiaste 4:9, 10.

• Suis-je en général gai et optimiste, ou bien suis-je le plus souvent mélancolique et négatif ? — Proverbes 15:15.

Une personne négative trouve chaque journée maussade. Le mariage ne fait pas de miracles ! Un célibataire, homme ou femme, qui est abondamment critique ou pessimiste deviendra tout simplement une personne mariée tout autant critique ou pessimiste. Cet état d'esprit négatif ou défaitiste risque de peser terriblement sur le couple. — Voir Proverbes 21:9.

• Est-ce que je reste calme sous la pression, ou ai-je des accès de fureur non maîtrisés ? — Galates 5:19, 20.

Il est commandé aux chrétiens d'être ' lents à la colère '. (Jacques 1:19.) Avant et pendant le mariage, un homme et une femme doivent cultiver la faculté de suivre le conseil suivant : " Soyez en colère, et pourtant ne péchez pas ; que le soleil ne se couche pas sur votre irritation. " — Éphésiens 4:26.

Regard sur l'autre

L'homme astucieux est attentif à ses pas. " (Proverbes 14:15). Voilà qui est tout à fait vrai lorsqu'il s'agit de choisir un conjoint, une des plus importantes décisions qu'ait à prendre un homme, ou une femme, dans sa vie. Pourtant, on a constaté que beaucoup de gens sont plus longs à choisir leur voiture ou leur université que la personne qu'ils épouseront.

Dans la congrégation chrétienne, ceux à qui on confie des responsabilités sont " d'abord mis à l'épreuve quant à leurs aptitudes ". (1 Timothée 3:10.) Si vous envisagez de vous marier, vous voudrez vous assurer des " aptitudes " de l'autre personne. Par exemple, posez-vous les questions qui suivent. Bien qu'elles soient présentées du point de vue d'une femme, les principes qui les commentent valent aussi pour l'homme. En outre, même les gens mariés ont intérêt à méditer sur ces idées.

• Quelle réputation a-t-il ? — Philippiens 2:19-22.

Proverbes 31:23 parle d'un mari qui est " connu dans les portes, quand il s'assied avec les anciens du pays ". Les anciens de la ville siégeaient aux portes de celle-ci pour prononcer des jugements. Cet homme avait donc manifestement la confiance de son entourage. La façon dont un homme est considéré par les autres est révélatrice de sa réputation. Éventuellement, assurez-vous aussi de la manière dont il est perçu par les personnes qui sont sous son autorité. Cela peut vous indiquer comment vous, mariée à lui, en viendrez à le considérer. — Voir 1 Samuel 25:3, 23-25.

• Quelle est sa moralité ?

La sagesse divine est " tout d'abord pure ". (Jacques 3:17.) Votre futur conjoint est-il davantage préoccupé par sa satisfaction sexuelle que par votre réputation et la sienne devant Dieu ? S'il ne fait pas d'efforts pour respecter les principes moraux de Dieu maintenant, qu'est-ce qui vous fait croire qu'il en fera après le mariage ? — Genèse 39:7-12.

• Comment me traite-t-il ? — Éphésiens 5:28, 29.

Le livre des Proverbes parle d'un mari qui " a placé sa confiance " en sa femme. Mieux encore, " il la loue ". (Proverbes 31:11, 28.) Il n'est pas d'une jalousie maladive et n'a pas d'exigences déraisonnables. Jacques écrivit que la sagesse d'en haut est " pacifique, raisonnable, [...] pleine de miséricorde et de bons fruits ". — Jacques 3:17.

• Comment traite-t-il les membres de sa famille ? — Exode 20:12.

Le respect des parents n'est pas exigé que des enfants petits. La Bible dit : " Écoute ton père, qui t'a engendré, et ne méprise pas ta mère simplement parce qu'elle a vieilli. " (Proverbes 23:22). Un médecin, Hugh Missildine, a écrit ces propos intéressants : " Beaucoup de difficultés et d'incompatibilités conjugales pourraient être évitées, ou tout au moins prévues, si les fiancés rendaient une visite amicale à leurs familles respectives et observaient quelles sont les relations entre leur ' futur ' et ses parents. La façon dont il considérera son épouse ressemblera à la façon dont il considère ses parents. Demandez-vous : ' Est-ce que je veux être traitée comme il traite ses parents ? ' En outre, la manière dont ses parents le traitent sera un bon indicateur de la manière dont il se traitera lui-même et du comportement qu'il attendra de vous — après la lune de miel. "

• Est-il sujet à des explosions de colère ou d'injures ?

La Bible conseille : " Que toute amertume malveillante, et fureur, et colère, et cri, et injure, soient enlevés de chez vous. " (Éphésiens 4:31). Paul mit Timothée en garde contre certains chrétiens qui seraient ' malades mentalement de discussions et de débats sur des mots ' et chez qui il y aurait " envie, querelle, injures, mauvais soupçons, altercations violentes sur des riens ". — 1 Timothée 6:4, 5.

De plus, il écrivit que pour qu'un homme soit digne de recevoir des privilèges spéciaux dans la congrégation, il ne doit pas être " un homme qui frappe ", ou, selon le grec originel, il doit être quelqu'un " ne donnant pas des coups ". (1 Timothée 3:3, note.) Ce ne peut pas être quelqu'un qui frappe les gens physiquement ou les rudoie verbalement. Une personne encline à devenir violente dans un moment de colère ne fera pas un bon conjoint.

• Quels sont ses objectifs ?

Certains poursuivent la richesse et en moissonnent les conséquences inévitables (1 Timothée 6:9, 10). D'autres errent plus ou moins dans la vie, sans but fixé (Proverbes 6:6-11). En revanche, un homme pieux montrera la même détermination que Josué, qui a dit : " Quant à moi et à ma maisonnée, nous servirons Jéhovah. " — Josué 24:15.


Les sentiments sont parfois trompeurs

La Shoulammite dont parle la Bible avait manifestement bien compris que les sentiments romantiques sont trompeurs. Alors que le puissant roi Salomon la courtisait, elle a demandé à ses compagnes de ' ne pas tenter d'éveiller l'amour en elle avant qu'il le désire '. (Chant de Salomon 2:7.) Cette jeune fille pleine de sagesse ne voulait pas que ses amies l'influencent et la fassent tomber dans le piège des sentiments. L'idée n'a pas perdu de son intérêt pour ceux qui aujourd'hui envisagent de se marier. Restez bien maître de vos sentiments. Le jour où vous vous marierez, il faudra que ce soit parce que vous aimez une personne, et non pas simplement parce que vous aimez l'idée de vous marier.


Bienfaits et responsabilités

Le mariage est une institution divine. C'est Jéhovah Dieu qui en fut l'Auteur et le Fondateur (Genèse 2:22-24). Sa volonté était que l'union conjugale forme un lien permanent entre un homme et une femme, afin qu'ils puissent s'épauler mutuellement. Quand ils appliquent les principes bibliques, mari et femme peuvent s'attendre au bonheur dans leur vie de couple. — Ecclésiaste 9:7-9.

Il faut bien comprendre, toutefois, que nous vivons " des temps critiques, difficiles à supporter ". La Bible a prédit que durant cette période les gens seraient " amis d'eux-mêmes, amis de l'argent, arrogants, orgueilleux, [...] sans fidélité, sans affection naturelle, sans esprit d'entente, [...] traîtres, entêtés, gonflés d'orgueil ". (2 Timothée 3:1-4.) Ces défauts peuvent marquer fortement la vie conjugale. Par conséquent, ceux qui envisagent de se marier devraient en évaluer posément le coût. Et ceux qui sont déjà mariés devraient continuer de renforcer leur union en recherchant et en appliquant la direction divine donnée par la Bible.

Vraiment, ceux qui songent au mariage ont plus qu'intérêt à voir les choses bien au-delà du jour des noces. En outre, tous devraient réfléchir non seulement au fait de se marier, mais aussi à ce qu'est la vie quand on est marié. Recherchez la direction de Jéhovah qui vous permettra de penser à tout cela lucidement plutôt que sentimentalement. Ce faisant, vous aurez tous les atouts de votre côté pour savourer un mariage réussi.

Plan du site