Informations / Communiqués / 23 avril 2007

Communiqué

- Le 23 avril 2007 -

Quelle sera la position de la Turquie
sur la liberté de religion ?

Feti Demirtaş est un citoyen de la République de Turquie âgé de 25 ans qui vient de purger sa 9ème peine de prison en deux ans. Quel crime a-t-il commis ? Sa conscience éduquée par la Bible ne l'autorise pas à se laisser enrôler dans l'armée. Il explique : " Je suis un objecteur de conscience qui fonde ses convictions notamment sur Isaïe 2:4, qui dit de ne plus apprendre la guerre. "

Feti est un membre de la congrégation chrétienne des Témoins de Jéhovah. Sa conscience lui permettrait d'effectuer un vrai service civil alternatif si une telle disposition existait. Il a toujours indiqué avec respect ce point aux autorités compétentes. Cependant, la Turquie ne reconnaît pas l'objection de conscience et la loi du pays ne prévoit aucune alternative au service militaire. En fait, aucune demande pour objection de conscience n'est examinée. Au contraire, les tribunaux militaires ont dit à Feti que " la Turquie, la République bélarusse et l'Azerbaïdjan étaient les pays européens qui ne reconnaissent pas l'objection de conscience. "

Feti a été l'objet d'insultes, de gifles, de coups à la tête et au visage, d'intimidations, de tests psychiatriques, ainsi que d'arrestations et d'emprisonnements à répétition. Un capitaine a dit à Feti: " Prie afin de ne pas être affecté à ma base militaire, car je t'y ferais mener une vie de chien. Je t'obligerais à faire le service. " Un autre lui a dit : " Si tu ne veux pas être dans l'armée, quitte la Turquie ".

Feti est l'un des 14 jeunes hommes Témoins de Jéhovah confrontés à cette situation. Un autre, Yunus Erçep, continue de faire l'objet de poursuites judiciaires et de condamnations incessantes. Au cours de ces 10 années d'épreuves, Yunus a enduré des harcèlements verbaux et physiques, 11 jours en hôpital psychiatrique pour "  paranoïa religieuse ", des amendes et 5 mois de prison. À ce jour, Yunus a été appelé 24 fois au service militaire et il a été poursuivi en justice 21 fois.

Des requêtes ont été déposées devant la Cour européenne des droits de l'homme au nom de Feti et de Yunus. Il n'y a aucune intention politique derrière leur action entreprise devant la Cour européenne. Ils ont simplement épuisé tous les recours nationaux et considèrent que le traitement qu'ils subissent est une violation de leur liberté de pensée, de conscience et de religion.

Les Témoins de Jéhovah sont présents en Turquie depuis 1931. Aujourd'hui, ils rassemblent quelque 3 000 fidèles. Bien qu'ils ne soient pas enregistrés en tant qu'association religieuse, les Témoins de Jéhovah sont reconnus de facto comme une religion en Turquie, en raison des relations établies avec les administrations ainsi que de divers jugements rendus en leur faveur. Les démarches entreprises par les Témoins de Jéhovah en vue d'obtenir leur reconnaissance ont été couronnées de succès par suite de plusieurs décisions de justice. Cependant, le gouvernement a fait appel et l'affaire est désormais en instance devant la Cour suprême d'Ankara.

La Turquie est à la croisée des chemins. Quelles libertés va-t-elle protéger ? Qu'est-ce que ses citoyens sont en droit d'espérer ?

Plan du site