Présentation / Famille / Éducation / Éducation sexuelle

Les questions sexuelles — Qui leur en parle?

Extrait de Réveillez-vous ! du 22 février 1992, pages 3 à 11

LA NAISSANCE d'un enfant est une source de grande joie. Tout à leur bonheur, les parents s'amusent avec le nouveau-né et racontent autour d'eux tous ses faits et gestes. Mais rapidement, ils prennent conscience des lourdes responsabilités qu'implique leur nouvelle situation. L'une d'elles, et non la moindre, est d'apprendre à leur enfant à se protéger d'un monde qui s'enfonce dans l'immoralité.

Comment des parents peuvent-ils aider leur tout-petit à devenir un adulte mûr qui jouira d'une vie de famille heureuse et sera en mesure d'élever à son tour des enfants qui craindront Dieu? Peut-être certains parents jugent-ils cette tâche presque impossible. Nul doute que quelques conseils seront alors les bienvenus.

Il est probable que vous donnez à vos enfants une éducation très semblable à celle que vous avez reçue de vos parents. Or, de nombreux parents n'ont jamais été mis au fait des questions sexuelles dans leur jeunesse, et, même s'ils l'ont été, le monde a changé et avec lui les besoins des enfants. Par ailleurs, nombre de nos lecteurs ont adopté depuis un mode de vie fondé sur des normes morales plus élevées. Dès lors, il convient que vous vous demandiez: 'La manière dont j'élève mes enfants comble-t-elle les besoins propres à leur âge et correspond-elle à mes idées?'

Il est des parents qui laissent à leurs enfants le soin de faire seuls leur éducation sexuelle. Mais dans ce cas, que vont-ils apprendre, quand, de qui et dans quelles circonstances? Autant de questions dont les réponses ont de quoi inquiéter.


"Les valeurs que les parents inculquent à leurs enfants semblent encore être celles qui comptent le plus." — U.S.News & World Report.


L'enseignement à l'école

Beaucoup de parents disent: "Oh! ils apprendront bien cela à l'école!" Certes, de nombreux établissements dispensent des cours d'éducation sexuelle. Mais combien les étayent de considérations d'ordre moral? William Bennett, ancien ministre américain de l'Éducation, a fait observer en 1987 que les écoles montrent "une répugnance délibérée à établir des distinctions morales".

Tom, qui a deux filles ravissantes, a un jour demandé à une représentante de l'école: "Pourquoi ne dites-vous pas qu'il est mal d'avoir des relations sexuelles en dehors du mariage?" Son interlocutrice lui a répondu qu'elle aimerait le faire, mais que l'école ne pouvait se permettre d'offenser les mères non mariées des élèves ni leurs compagnons. Voilà pourquoi les écoliers s'entendent souvent dire qu'ils ont le choix, mais on leur indique rarement la bonne voie.

'Je vais acheter un livre'

D'autres parents disent: "Je vais leur acheter un livre." Peut-être un bon livre vous sera-t-il utile en effet; mais assurez-vous bien que vous êtes d'accord avec le contenu. Rares sont les ouvrages sur le sujet qui s'embarrassent de morale ou font même seulement allusion au bien et au mal. Certains vont jusqu'à recommander des pratiques immorales. Fort peu préconisent de limiter les relations sexuelles au cadre conjugal.

Ainsi, la responsabilité d'enseigner la morale aux enfants revient à ceux qui les aiment et que Dieu a désignés pour cela: les parents. La Bible dit aux pères: "Tu devras (...) inculquer [les lois divines] à ton fils et en parler quand tu seras assis dans ta maison, et quand tu marcheras sur la route, et quand tu te coucheras, et quand tu te lèveras." — Deutéronome 6:7.

De fait, les parents ne sont-ils pas les mieux placés pour dispenser cet enseignement à leurs enfants? Aucun ouvrage ni aucun établissement scolaire ne pourra jamais remplacer leur force de conviction ou leur bel exemple. Ce que William Bennett a exprimé en ces termes: "Les études montrent que lorsque ce sont surtout les parents qui donnent l'éducation sexuelle, les jeunes enfants sont moins susceptibles d'avoir des relations sexuelles. (...) Le rôle des parents est plus important que tout autre."

Cependant, certains parents ont peur que la connaissance incite leurs enfants à passer aux actes. De toute évidence, cette perspective dépend dans une grande mesure de l'enseignement qu'ils reçoivent et de la manière dont il est donné. Quoi qu'il en soit, les jeunes recevront forcément une éducation sexuelle. Dès lors, n'est-il pas préférable, plutôt que d'apprendre ces choses dans la rue, la cour de l'école ou auprès de quelque adulte perverti, qu'ils obtiennent des renseignements exacts et présentés avec décence de la bouche de parents aimants et attachés à la morale?

Mais la question demeure: Comment assurer l'éducation sexuelle de vos enfants en restant dans les limites de la décence et comme Dieu le veut? Quand vous les entendez dire que "tout le monde le fait", comment pouvez-vous les convaincre que ce n'est pas le cas des gens les plus droits et les plus heureux? Comment les aider à comprendre que l'obéissance au commandement biblique de 's'abstenir de la fornication' est non seulement un gage de bonheur, mais aussi le seul moyen de plaire à Dieu? Les articles suivants apporteront des réponses pratiques à ces questions importantes. — 1 Thessaloniciens 4:3.

Quand commencer? Que dire?

BEAUCOUP de parents attentionnés semblent penser qu'on peut faire l'éducation sexuelle d'un enfant à 13 ans en lui tenant un discours embarrassé d'une dizaine de minutes à l'occasion d'une promenade en forêt. Mais bien souvent, cette discussion, outre qu'elle est très insuffisante, arrive des années trop tard. Il n'est pas rare d'entendre un père ou une mère faire cet aveu: "J'avais l'impression qu'ils savaient déjà presque tout ce que j'essayais de leur dire."

Existe-t-il un meilleur moyen de parler de ce sujet important? Si oui, quand devriez-vous commencer, et que pouvez-vous dire et faire?

La sagesse veut que, peu de temps après la naissance de votre enfant, vous commenciez à poser des jalons en vue de l'instruire sur la question. En commençant lorsqu'il est encore petit, vous pourrez lui transmettre des renseignements posément, à petites doses, en fonction de sa capacité à tirer profit de ce qu'il apprend.

Les parents peuvent mettre à profit le moment de la toilette pour familiariser leurs tout-petits avec les parties de leur corps: "Là, c'est ta poitrine... là, ton estomac... là, ton genou." Au fait, pourquoi sauter de l'estomac au genou? Ce qu'il y a entre les deux est-il honteux? Ne s'agit-il pas seulement de parties intimes? Bien entendu, il n'est pas question d'employer des termes vulgaires pour désigner ces organes; mais pourquoi ne pas parler très simplement de "pénis" ou de "vulve"? Ces organes ne font-ils pas partie, au même titre que les autres, de la création que Dieu a qualifiée de 'très bonne'? — Genèse 1:31; 1 Corinthiens 12:21-24.

Plus tard, lorsque l'enfant verra un bébé dont on change les couches, vous pourrez peut-être lui expliquer avec tact que les garçons ont un pénis et les filles une vulve. Expliquez-lui sobrement que ces organes sont personnels; qu'on ne doit pas en parler avec des enfants ou des personnes étrangères à la famille.

Ainsi, il est possible d'expliquer quantité de choses avant qu'elles ne deviennent embarrassantes, en commençant de bonne heure et en apportant des précisions à mesure que les facultés de compréhension de l'enfant se développent.

Comment expliquer la naissance

Entre trois et cinq ans [1 – Chaque enfant est différent; les références aux âges dont sont émaillés ces articles ne constituent donc qu'une indication générale servant à illustrer le caractère progressif de l'enseignement.], un enfant peut être intrigué par le phénomène de la naissance et demander: "D'où viennent les bébés?" Très simplement, vous pouvez alors lui répondre: "Tu as grandi au chaud et en sécurité dans le ventre de maman." Cette réponse le satisfera certainement sur le moment. Plus tard, quand il voudra savoir comment sortent les bébés, vous pourrez lui dire par exemple: "Dieu a prévu une ouverture spéciale pour que les bébés sortent." Un petit enfant ne fixe pas longtemps son attention sur une même chose, aussi les réponses simples et directes sont-elles les meilleures. Donnez-lui les renseignements dont il a besoin petit à petit, en en gardant pour la fois suivante.

S'ils sont attentifs, les parents trouveront de nombreuses occasions d'enseigner leur enfant. Si quelqu'un de la famille attend un bébé, la maman peut dire: "Tante Suzanne ne va sûrement pas tarder à avoir son bébé. J'avais à peu près le même tour de taille quelques semaines avant ta naissance." Qu'un petit frère ou une petite sœur s'annonce, et les parents pourront utiliser les mois de grossesse pour donner à l'enfant une instruction à la fois passionnante et pleine de charme.

"Comment commence le bébé?" demandera peut-être l'enfant par la suite. Voici une réponse simple: "Une graine du papa rencontre un ovule dans la maman, et un bébé commence alors à grandir; c'est comme une graine dans le sol qui grandit pour devenir une fleur ou un arbre." Une autre fois, l'enfant demandera: "Comment la graine du papa entre dans la maman?" Pudiquement, vous pouvez dire: "Tu sais comment les garçons sont faits. Ils ont un pénis. Eh bien, la maman a dans son corps une ouverture prévue pour le pénis, et c'est par là que la graine est plantée. Dieu nous a créés de cette façon pour que les bébés puissent grandir dans un endroit où ils sont à l'abri et au chaud jusqu'à ce qu'ils soient suffisamment grands pour vivre tout seuls. C'est alors que naît un beau bébé." N'hésitez pas à parler en termes élogieux de la manière merveilleuse dont Dieu a conçu tous ces mécanismes. [2 – Le livre Comment s'assurer une vie de famille heureuse aborde cette question ainsi que de nombreux autres aspects de l'éducation morale des enfants et de la vie de famille. Vous pouvez vous procurer cet ouvrage auprès des personnes qui vous ont apporté ce périodique ou en écrivant à l'une des adresses des éditeurs mentionnées à la page Contacts.]

Surtout, n'éludez jamais les questions en disant d'un air gêné: "Je te l'expliquerai quand tu seras plus grand." Ce genre de réponse risque d'exciter la curiosité de l'enfant, l'amenant à se tourner vers des sources peu recommandables pour obtenir satisfaction. Un enfant qui est assez grand pour poser ces questions l'est aussi pour recevoir des réponses simples et de bon goût. En refusant de répondre ne serait-ce qu'une seule fois, vous risquez de le décourager définitivement de venir vous trouver lorsqu'il aura besoin d'autres explications.

À partir de quand?

De nombreux parents sont d'avis que leurs enfants devraient avoir une connaissance de base de ce sujet au moins avant de faire leur entrée à l'école, où leurs petits camarades risquent de leur transmettre des informations erronées.

Un grand-père se rappelle: "Je n'avais posé aucune question, mais quand j'ai eu six ans, mon père a décidé que le moment était venu de m'expliquer comment on faisait les bébés. Il m'a dit que l'union sexuelle d'un homme et d'une femme, de laquelle pouvait naître un enfant, était un acte aussi naturel que le fait de se nourrir, mais que Dieu ne l'avait prévue que pour les gens mariés. Ainsi, l'enfant aurait un père et une mère pour l'aimer et prendre soin de lui." Et d'ajouter: "Ses explications sont venues à point nommé. J'avais déjà vu des enfants de mon âge rire en faisant des dessins immoraux que je ne comprenais pas."

Bien entendu, il ne faut pas laisser entendre que ces questions ont un caractère honteux, mais plutôt mettre en évidence le côté intime. Vous pouvez rappeler que ce sujet est un secret de famille et qu'il ne convient pas d'en parler aux gens, enfants ou adultes, de l'extérieur. Et si, d'aventure, votre enfant l'oubliait, vous pouvez lui souffler gentiment: "Chut! Souviens-toi que c'est notre secret. Nous n'en parlons qu'entre nous."

Rien de choquant

Si le fait que nous ayons abordé ce sujet vous choque, dites-vous que beaucoup de jeunes parents conscients de leurs responsabilités aimeraient savoir comment exposer ces questions à leurs enfants. Ne vaut-il pas mieux que ces derniers reçoivent des explications franches et empreintes d'amour au foyer, plutôt que de s'informer auprès de sources malsaines extérieures à la famille, comme ce fut le cas pour de nombreux parents?

Si vous faites l'effort d'écouter et de répondre à ses questions en des termes simples et décents, votre enfant se sentira beaucoup plus enclin à venir vous poser d'autres questions à mesure qu'il grandira et qu'il ressentira le besoin d'en connaître davantage.

Il est essentiel de commencer tôt

LES jeunes enfants ont le droit de recevoir des explications relativement précises sur le fonctionnement de leur corps et les moyens de se protéger contre les individus immoraux. Mais quand faut-il commencer à dispenser cette instruction? Plus tôt que beaucoup ne le pensent.

L'adolescence débute à la puberté, au moment où apparaissent les premiers signes de maturation sexuelle. Les filles ont généralement leurs premières règles entre 10 et 16 ans, parfois plus tôt ou plus tard. Les garçons peuvent avoir leur première émission nocturne dès 11 ou 12 ans. Aurez-vous préparé vos enfants avant cet âge, c'est-à-dire vers neuf ans [3 – Selon le docteur Leon Rosenberg, de l'Université Johns Hopkins (à Baltimore, aux États-Unis), "lorsque leur enfant atteint 9 ans, les parents devraient déjà s'être assis avec lui pour lui expliquer en détail tout ce qui touche à la sexualité et à la morale. Plus les enfants reçoivent de renseignements de leurs parents, mieux c'est".]? Auront-ils également appris l'importance de préserver leur virginité?

Prévenez-les des changements de leur corps

Votre fille a le droit de savoir quels changements, prévus par Dieu à l'origine, son corps va subir. Une mère peut parler de ses règles et montrer à sa fille le genre de protection qu'elle utilise. Elle doit lui faire comprendre que ces changements entrent dans un processus naturel et peut expliquer en termes positifs qu'il s'agit d'une préparation de l'organisme en vue du moment, à l'horizon des années à venir, où sa fille sera en âge de se marier et d'avoir des enfants [4 – Vous trouverez d'autres renseignements dans les chapitres "Quand un jeune garçon devient un homme" et "Quand une fillette devient une femme" du livre Votre jeunesse — Comment en tirer le meilleur parti, ouvrage publié par les éditeurs de Réveillez-vous! ]. Elle peut ajouter que le corps prépare dans le ventre un revêtement doux et spongieux, riche en vaisseaux sanguins, destiné à accueillir le bébé. S'il n'y a pas conception, cette structure se détache et est évacuée par le vagin. C'est ce qu'on appelle les règles.

De même, votre fils devrait avoir entendu parler à l'avance des émissions nocturnes, ou rêves humides (Deutéronome 23:10, 11). Expliquez-lui que l'émission épisodique d'un liquide visqueux lorsqu'il rêve est un phénomène on ne peut plus naturel par lequel l'organisme élimine un excès de semence. Il est bon que garçons et filles sachent que les changements que subit leur corps sont tout à fait normaux. Il ne s'agit que d'une préparation en vue du moment où ils seront en âge de se marier et d'avoir des enfants.

Les parents devraient prendre ces questions au sérieux, car elles revêtent un caractère divin. Or, c'est aux parents que Dieu a confié la responsabilité d'instruire leurs enfants.

Qu'est-ce qu'une sexualité sans danger?

Les années passent vite; aussi, lorsque vos enfants entrent dans l'adolescence, assurez-vous qu'ils sont conscients du caractère dangereux des relations sexuelles entre personnes non mariées, et ce quels que soient les avis contraires qu'ils puissent entendre. Les maladies sexuellement transmissibles, au nombre desquelles figure le SIDA, sont devenues un fléau mondial. Ces affections peuvent provoquer la stérilité, des malformations congénitales, le cancer et même la mort. Qui plus est, elles peuvent être transmises par des individus qui ne se savent même pas infectés.

Vos enfants devraient savoir qu'aucune méthode contraceptive n'est totalement efficace, ni pour éviter les grossesses ni pour empêcher la transmission d'une maladie. Témoin le nombre étonnamment élevé de jeunes filles qui, malgré l'utilisation des diverses formes de contraception, deviennent enceintes. Par ailleurs, en dépit de la publicité faite autour des préservatifs, censés assurer une protection radicale contre la transmission du SIDA par un partenaire infecté, le New England Journal of Medicine a signalé qu'ils sont inefficaces dans 17 % des cas, ce qui est loin d'être négligeable.

Ainsi, Ray Kerrison, chroniqueur au New York Post, a réfuté l'idée selon laquelle les préservatifs 'réduisent au minimum le risque de contracter le SIDA'. Il a écrit: "C'est vite dit! Si vous glissez une balle dans un revolver, que vous fassiez tourner le barillet et jouiez à la roulette russe, vous avez une chance sur six de vous tuer. Avec un préservatif, vous avez presque une chance sur cinq d'attraper le SIDA. Nous sommes à présent en mesure de donner son vrai nom à ce mensonge qui veut que le préservatif protège du SIDA: la roulette sexuelle."

Vos enfants doivent savoir que la solution au problème des maladies sexuellement transmissibles est simple. Elle consiste à se conformer aux dispositions divines relatives au don qu'est le pouvoir de procréation. En résumé, la sexualité est sans danger quand elle s'exprime dans le cadre du mariage, le modèle idéal étant celui d'une union permanente avec une personne qu'on chérit et qui n'a jamais eu d'autres partenaires sexuels.

Les instructions divines: une protection

La Bible dit: "L'homme (...) devra s'attacher à sa femme." "Tu ne commettras pas d'adultère." 'Que la fornication ne soit même pas mentionnée parmi vous.' "[Aucun] fornicateur (...) n'a d'héritage dans le royaume du Christ et de Dieu." — Genèse 2:24; Matthieu 5:27; Éphésiens 5:3, 5.

Ces instructions n'ont rien d'oppressif. Au contraire, elles sont la garantie d'une vie de famille heureuse caractérisée par des liens étroits. On prépare ainsi à l'enfant à naître un cadre familial auquel il a droit: celui assuré par un père et une mère. Chacun des parents a des qualités propres et peut ainsi aider l'enfant dans des domaines complémentaires.

Si vous avez des enfants, il est important que vous implantiez solidement les principes de la Bible dans leur esprit et dans leur cœur, tant par la parole que par l'exemple. Il vous faut bâtir avec des matériaux solides qui résisteront au feu. La Bible dit: "L'œuvre de chacun deviendra manifeste, car le jour la fera connaître, parce que cela sera révélé par le moyen du feu; et le feu, précisément, prouvera quel genre d'œuvre est celle de chacun." Si vous bâtissez solidement et que votre œuvre résiste à l'épreuve, vous en serez richement récompensé. — 1 Corinthiens 3:13.

Mais une question importante demeure: Comment affermir cette instruction pendant l'adolescence, alors que vos enfants sont en passe de devenir adultes?

Les vicissitudes de l'adolescence

LES adolescents sont littéralement bombardés de messages érotiques. Le sexe fait vendre n'importe quoi, des chaussures aux jeans. Les chansons modernes sont truffées de sous-entendus. La télévision montre des hommes et des femmes séduisants qui papillonnent d'un partenaire à un autre. Mais tout cela est-il convenable?

Un grand quotidien américain a qualifié l'"invasion massive du sexe" dans les émissions de télévision diffusées aux heures de grande écoute de "programmation inquiétante et totalement irresponsable". Le Journal of the American Medical Association en a parlé comme de l'"exploitation des adolescents par la publicité et les spectacles".

Il faut vous assurer que vos enfants savent que tout le monde ne vit pas de cette façon. Même si, comme on l'affirme, la moitié des jeunes Américaines de 17 ans ont déjà eu des relations sexuelles, cela signifie que l'autre moitié n'en ont pas eues. William Bennett, ancien ministre américain de l'Éducation, a dit un jour: "'Tout le monde' ne fait pas cela, et nous devrions avoir le désir d'apporter notre soutien et nos encouragements à (...) la moitié de ces adolescentes de 17 ans."

Il a également fait état d'une étude réalisée au Grady Memorial Hospital d'Atlanta (États-Unis) selon laquelle 9 filles sur 10 de moins de 16 ans "désiraient savoir comment dire non aux relations sexuelles". Pouvez-vous aider vos enfants à acquérir la conviction que la seule réponse à une proposition immorale n'est pas un refus timide et mal assuré, mais un 'non' ferme et sans équivoque? Pouvez-vous les aider à comprendre qu'une telle attitude leur vaudra le respect des personnes honorables? Comme l'a fait remarquer dans un journal une adolescente prénommée Émilie, "les gens pour qui on a le plus de respect sont ceux qui refusent les relations sexuelles".

Aidez aussi vos enfants à prendre conscience que la sexualité est une force puissante — si puissante qu'elle a produit l'ensemble de la population humaine. Toutefois, cela ne signifie pas que cette force ne peut être maîtrisée. Cela veut plutôt dire qu'à l'image d'une puissante voiture de sport, elle doit être utilisée correctement, en respectant les règles. Tout comme l'inobservance des règles de conduite sur une route sinueuse de montagne peut mener à la catastrophe, la violation des règles divines touchant à la sexualité peut avoir des conséquences désastreuses. Comment aider vos enfants, que vous chérissez, à accepter cette vérité?

Enseignez-leur la valeur de la chasteté

Parlez-leur du bel exemple de la jolie Sulamite. Elle était fière de pouvoir dire: "Je suis une muraille, et mes seins sont comme des tours." Sur le plan moral, elle ressemblait à la muraille infranchissable d'une forteresse aux tours inaccessibles. Aux yeux de son futur mari, elle était "comme celle qui trouve la paix". Indéniablement, ceux qui restent chastes récoltent cet inestimable bienfait qu'est un esprit en paix, non bourrelé de remords. — Cantique des cantiques 8:10.

Mais comment un adolescent peut-il demeurer moralement ferme, comme une muraille? Avant même que ces questions ne se posent, assurez-vous que vos enfants ont compris l'importance d'être prudents en évitant les situations propres à générer des comportements immoraux. Par exemple, ils devraient savoir que, de même que la conduite en état d'ivresse peut avoir des conséquences tragiques, de même une soirée entre adolescents organisée sans la présence d'un adulte responsable ou au cours de laquelle on sert de l'alcool risque de dégénérer de façon dramatique.

Pareillement, aidez-les à comprendre que se trouver seul dans une maison (ou un appartement) avec un jeune de l'autre sexe revient à jouer avec le feu. Faites-leur percevoir très clairement qu'il est dangereux de permettre à quelqu'un avec lequel ils ne sont pas mariés de toucher leurs parties intimes (y compris les seins). Expliquez-leur que c'est souvent la stimulation de ces parties du corps qui fait s'embraser le désir sexuel. — Voir 1 Corinthiens 7:1.

Faites-leur également comprendre que le véritable amour ne se résume pas aux relations sexuelles, loin de là, et que les relations extraconjugales sont condamnables. Certains jeunes ont des relations sexuelles avant même de songer à s'engager dans les liens du mariage. Peut-être ont-ils eu ainsi plus d'un partenaire. Puis, les années passant, ils ressentent intensément le besoin d'avoir un conjoint, mais ils se retrouvent seuls et abandonnés. Certes, personne ne leur a jamais demandé de s'engager, mais personne ne s'est non plus engagé vis-à-vis d'eux.

Vos fils et vos filles devraient être convaincus que leur virginité est beaucoup trop précieuse pour être bradée. Faites-leur comprendre que c'est uniquement dans le cadre des liens sacrés du mariage qu'ils trouveront l'épanouissement sexuel. En termes poétiques, la Bible dit joliment: "Bois l'eau de ta propre citerne, et celles qui ruissellent du milieu de ton propre puits. Tes fontaines se disperseraient-elles au-dehors, et sur les places publiques, tes ruisseaux d'eau? Que ta source d'eau soit bénie, et réjouis-toi avec l'épouse de ta jeunesse." — Proverbes 5:15, 16, 18.

Si vous aimez vos enfants, vous devez faire l'effort de leur enseigner ces choses. La tâche est ardue, car les grossesses extraconjugales sont maintenant entrées dans les mœurs. Liliane, infirmière en obstétrique, dit ne même plus être surprise de croiser le regard terrifié d'un père célibataire de 15 ans, dans les bras duquel un grand-père ou une grand-mère dépose fièrement un nouveau-né non désiré, à la venue duquel il n'est pas préparé et qu'il est incapable d'assumer.

Un journaliste de télévision a fait remarquer que beaucoup de "très jeunes mères sans mari" sont souvent dans l'incapacité d'achever leur scolarité, de travailler ou de donner à leur progéniture une éducation décente. Ces mères adolescentes, a-t-il dit, sont "engluées dans leurs drames personnels. (...) Elles sont virtuellement condamnées à la pauvreté, celle-ci tendant à devenir un effroyable cercle vicieux".

La valeur de l'exemple

Votre attitude aura une influence considérable sur vos enfants. Parfois de façon plus insidieuse que vous ne le pensez. Que se passe-t-il quand un père se plaît à regarder les femmes? Ou quand une mère s'exclame: "Quel beau mâle!" au passage d'un bel homme? De tels parents encouragent-ils leurs enfants à la chasteté? Si vous accordez la priorité au physique, faut-il vous étonner que vos enfants fassent de même, reléguant la moralité, la bonté, l'amour véritable ou l'attachement à Dieu au second plan?

Enseigner à vos enfants ce qu'ils ont besoin de savoir sur les questions sexuelles implique beaucoup plus que vous ne l'aviez peut-être imaginé. Il vous faut surveiller votre attitude, créer au foyer une atmosphère saine, être prêt à leur parler dès le plus jeune âge et donner l'exemple. Évidemment, cela réclame du temps et des efforts, mais soyez assuré que le jeu en vaut la chandelle.

Vous ne leur avez encore rien dit?

Mais que faire si vos enfants approchent de l'âge adulte et que vous n'ayez pas encore abordé ces questions avec eux? Peut-être pouvez-vous dire tout simplement: "J'ai eu tort d'attendre si longtemps pour te parler de ces choses, mais je voudrais tellement que tu réussisses ta vie que je vais essayer de le faire maintenant."

De fait, mieux vaut discuter de ces questions avec vos enfants quand ils sont grands que de ne pas en discuter du tout. Leur éducation morale est un privilège et une responsabilité de première importance. Pour Ron Moglia, de l'université de New York, "tout parent qui renonce à son droit de parler des questions sexuelles avec son enfant se prive des plus merveilleux moments qui soient".

Si vous n'avez adopté les principes moraux de Dieu que depuis peu et que vos enfants sachent le genre de vie que vous meniez auparavant, expliquez-leur consciencieusement pourquoi vous avez changé. Proposez-leur, par exemple, de lire ce périodique, et discutez-en avec eux. Ne vous laissez pas décourager par des remarques du genre: "Oh! je sais déjà tout ça!" Ni les fables des cours de récréation, ni les confidences des copains, ni même les expériences personnelles ne remplacent une saine direction morale. La vérité est que l'ignorance peut mener à la catastrophe.

Élever vos enfants dans cet esprit vous demandera peut-être un effort considérable, mais qui sait si vous ne serez pas récompensé au delà de vos espérances? Comme le dit très simplement la Bible, "le juste marche dans son intégrité. Heureux ses fils après lui!" — Proverbes 20:7.

Plan du site