Présentation / Famille / Protection des enfants / Votre enfant se drogue

Les jeunes et la drogue

Extrait de Réveillez-vous ! du 8 avril 2003, pages 3-10

" Devaient-ils mourir ? "

Telle est la question que posait en couverture la revue brésilienne Veja. Accompagnant ces mots, quelques photos de jeunes gens charmants, apparemment comme les autres, qui sont morts par overdose.

EN DÉPIT des risques connus, des gens continuent à se droguer et à détruire leur vie. On estime que la drogue coûte chaque année aux États-Unis 100 milliards de dollars en soins médicaux, en perte de productivité, en salaires non distribués et en criminalité. Mais ce sont peut-être les jeunes, voire les enfants, qui paient le plus cher. D'après une étude brésilienne publiée dans le Jornal da Tarde, 24,7 % des jeunes âgés de 10 à 17 ans ont déjà goûté à la drogue.

Même si le nombre des adolescents qui touchent à la drogue a quelque peu diminué ces dernières années aux États-Unis, celui des jeunes toxicomanes reste alarmant. Prenons l'exemple des lycéens de terminale. Une enquête a montré que 37 % d'entre eux avaient au moins pris de la marijuana dans l'année, 20 % dans le mois. Presque 10 % avaient essayé l'ecstasy au cours de l'année écoulée, et plus de 6 % le LSD.

Du monde entier parviennent des nouvelles inquiétantes. L'Institut britannique des statistiques signale que " 12 % des élèves âgés de 11 à 15 ans se sont drogués dans l'année. [...] Le cannabis [marijuana] est sans doute de loin la drogue la plus consommée ". Fait plus alarmant encore, " on a proposé une ou plusieurs drogues à 35 % " de ces élèves.

Une enquête financée par l'Union européenne a révélé qu'" il est de plus en plus courant chez les jeunes de boire jusqu'à l'ivresse ". Elle soulignait également " les diverses conséquences à court terme de l'abus d'alcool : accidents, violence, intoxication, ainsi que des troubles physiques et sociaux ". Une étude menée au Japon a établi que " les drogues favorites des adolescents japonais sont les solvants organiques, qui peuvent entraîner la consommation d'autres substances ".


" La drogue déchire nos sociétés, engendre le crime, répand des maladies comme le sida, et tue notre jeunesse et notre avenir. " — KOFI ANNAN, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DES NATIONS UNIES.


Ces propos tenus par Kofi Annan, secrétaire général des Nations unies, ne surprendront donc personne : " La drogue déchire nos sociétés, engendre le crime, répand des maladies comme le sida, et tue notre jeunesse et notre avenir. " Souvent, les toxicomanes se rendent coupables de trafic de drogue et d'homicides. D'autres, nombreux, subissent des violences, sont blessés ou consentent à des rapports sexuels à risque. Réfléchissez à deux fois avant de vous persuader que votre famille est à l'abri ! " La drogue n'est pas seulement le lot des pauvres, des minorités ou des quartiers défavorisés, mettait en garde un rapport du gouvernement américain. [...] Les toxicomanes sont issus de toutes les classes sociales et de toutes les régions du pays. La drogue touche tout le monde. "

Pourtant, les parents ne prennent souvent conscience du danger que lorsqu'il est trop tard. Prenons le cas de cette jeune Brésilienne. " Elle buvait de l'alcool, explique sa sœur Regina [1 – Par souci d'anonymat, certains prénoms ont été changés.]. Et la famille trouvait que ce n'était pas méchant. Mais du coup, elle a touché à la drogue avec ses petits amis. Étant donné que mes parents agissaient toujours envers elle comme si ses problèmes n'étaient pas graves, la situation est devenue incontrôlable. Elle a fugué plusieurs fois. Chaque fois qu'une jeune femme était retrouvée morte, la police téléphonait à mon père pour savoir si ce n'était pas elle ! Cela a été terrible pour notre famille. "

L'Organisation mondiale de la santé donne cinq raisons principales pour lesquelles les jeunes se tournent vers la drogue. Ils veulent :

1) se sentir adultes et décider pour eux-mêmes

2) être acceptés

3) se détendre et prendre du bon temps

4) prendre des risques et se rebeller

5) satisfaire leur curiosité

Autres circonstances propices à la consommation de stupéfiants : leur disponibilité et l'influence de l'entourage. " Mes parents ne m'ont jamais parlé de la drogue. À l'école, mes professeurs se sont contentés de mentionner le problème sans plus de détails ", explique Luiz Antonio, un jeune Brésilien. Poussé par ses camarades, il a commencé à se droguer à l'âge de 14 ans. Plus tard, quand il a essayé d'arrêter, ses " amis " qui l'approvisionnaient l'ont menacé avec un couteau.

Avez-vous envisagé que vos propres enfants puissent être en danger ? Que faites-vous pour les protéger ? Le deuxième volet de ce dossier montrera quelles mesures les parents peuvent prendre pour mettre à l'abri leurs enfants.

Comment protéger votre enfant

" Les parents jouent incontestablement un rôle primordial dans la protection de leurs enfants contre la toxicomanie. Ils doivent leur donner l'exemple et les informer. " — DONNA SHALALA, MINISTRE AMÉRICAIN DE LA SANTÉ ET DES AFFAIRES SOCIALES.

EN TANT que parent, vous constituez la première ligne de défense dans la guerre contre la drogue. Malheureusement, certains ne saisissent pas toute l'importance de cette responsabilité. " Mon père était toujours occupé, se souvient Ireneu, un jeune Brésilien. Il ne parlait que très peu avec nous. Il ne nous a jamais donné un seul conseil sur la drogue. "

À l'inverse, notez comment les choses se sont passées pour Alecxandros, un autre jeune Brésilien : " Quand il y avait des reportages télévisés sur la drogue, mon père nous appelait, mes frères et moi, pour que nous les regardions. Il nous montrait dans quelle situation effroyable se trouvaient les toxicomanes en raison de leur vice. Parfois, il profitait de l'occasion pour nous demander si nous avions vu d'autres élèves se droguer à l'école. C'est ainsi qu'il nous mettait en garde contre les dangers de la drogue. "

Avez-vous discuté avec votre enfant des dangers de la drogue ? Pour cela, il est nécessaire que vous soyez renseigné vous-même. Les parents chrétiens peuvent aider leurs enfants à comprendre que, s'ils en venaient à se droguer, ils ruineraient leur spiritualité. La Bible nous exhorte à nous préserver de toute souillure, qu'elle soit physique ou spirituelle (2 Corinthiens 7:1). L'étude régulière de la Bible avec ses enfants est une arme puissante pour les protéger [1 – Les Témoins de Jéhovah ont publié des écrits susceptibles d'aider les parents à parler avec leurs enfants de sujets tels que les dangers de la drogue. Consultez par exemple les chapitres 33 et 34 du livre Les jeunes s'interrogent — Réponses pratiques.].

Un " ami intime "

Il est également essentiel que vous établissiez des relations de confiance avec votre enfant. Jéhovah est l'" ami intime " de ses enfants terrestres (Jérémie 3:4). Êtes-vous l'ami intime de votre fils ou de votre fille ? L'écoutez-vous vraiment ? Votre enfant se confie-t-il à vous volontiers ? Êtes-vous davantage prompt à condamner qu'à féliciter ? Prenez le temps de connaître votre enfant. A-t-il des amis ? Qui sont-ils ? " Les mauvaises compagnies ruinent les habitudes utiles ", nous avertit la Bible (1 Corinthiens 15:33). N'ayez pas peur de fixer des limites fermes et de discipliner avec amour. La Bible dit encore : " Châtie ton fils, et il te fera jouir du repos et procurera beaucoup de plaisir à ton âme. " — Proverbes 29:17.

De plus, ne sous-estimez pas les risques que court votre enfant. Sous prétexte que leur enfant est issu d'une famille très respectable, certains parents se disent qu'il n'est pas du genre à goûter à la drogue. Quelle erreur ! " Les revendeurs de drogue aiment se lier avec les enfants de familles influentes parce qu'il y a de grands gains à la clé ", explique le docteur José Henrique Silveira. En effet, quand on parvient à débaucher un jeune de bonne famille, ses amis lui emboîtent souvent le pas.

Alors, soyez réaliste. Apprenez à reconnaître les premiers signes qui accompagnent la prise de drogue. Par exemple, votre enfant est-il soudain devenu renfermé, abattu, hostile ou insoumis ? A-t-il coupé les ponts de façon inexplicable avec ses amis ou avec des membres de la famille ? Si oui, alors il faut vous inquiéter.

Malheureusement, malgré les efforts louables de leurs parents, certains jeunes cèdent à la pression et touchent à la drogue. Que faire si cela arrivait à votre enfant ?


Trouver de l'aide

Des parents estimeront peut-être qu'il serait préférable que leur enfant soit sevré de la drogue sous surveillance médicale. Le choix du traitement est une question strictement personnelle. Mais puisque la qualité des soins donnés dans les cliniques de désintoxication varie grandement, il est sage de se renseigner minutieusement avant de s'engager. D'après Arthur Guerra de Andrade, psychiatre et professeur à l'université de São Paulo (Brésil), seulement 30 % des toxicomanes qui suivent une cure de désintoxication dans un centre rompent avec leur vice. Aussi les parents doivent-ils s'intéresser de près au traitement administré à leur enfant, même sous suivi médical.


Si votre enfant se drogue

" Ça faisait plusieurs mois que mon frère se droguait quand mes parents s'en sont aperçus, raconte Ireneu. Comme ils n'avaient jamais imaginé qu'un de leurs enfants pourrait un jour devenir toxicomane, ils ont commencé par paniquer. Au début, mon père ne songeait qu'à la force pour punir mon frère. "

Il est vrai que dans ce genre de situation, les premiers sentiments des parents sont souvent la colère, la déception et la déconvenue. Pourtant, voilà ce que conseille un document publié par le ministère américain de l'Enseignement : " Ne cédez pas à la panique ! Et ne vous culpabilisez pas. À présent, il faut rester calme [et] analyser les faits [...]. Goûter à la drogue est un comportement qui peut être abandonné. En être dépendant est une maladie qui se soigne. "

Oui, soyez gentil mais ferme pour que les choses n'empirent pas. Une colère ou une déception excessives peuvent entraver le rétablissement de votre enfant. Vous souhaitez sans doute qu'il devienne un adulte responsable, capable de s'assumer. Alors, prenez tout le temps nécessaire pour raisonner avec lui de façon à ce qu'il discerne les bienfaits qu'il se procurera en rompant avec cette habitude destructrice. Essayez de découvrir ce qui se cache dans son cœur obstiné, et soyez disposé à l'écouter. — Proverbes 20:5.

" Par la suite, mes parents s'y sont pris différemment, se souvient encore Ireneu. Ils ont commencé à conseiller mon frère, à fixer des limites à ses déplacements. Ils l'ont changé de classe afin qu'il ne rencontre pas chaque jour ses anciens camarades. Ils ont surveillé ses fréquentations et lui ont accordé, ainsi qu'aux autres enfants, plus d'attention. "

Voyons comment d'autres parents ont réussi à sauver leurs enfants qui se droguaient.


De l'aide pour ceux qui veulent s'en sortir

Essayez-vous de vous affranchir de la drogue ? Si oui, la lecture de la Bible et la mise en pratique de ce qu'elle dit vous seront d'une grande aide. Vous jugerez sans doute particulièrement profitable de lire le livre des Psaumes, car il exprime nombre des sentiments douloureux qui vous habitent probablement. Il est aussi bénéfique de prier Dieu en toute sincérité, de lui exprimer vos pensées les plus intimes (Philippiens 4:6, 7). Vous prendrez alors conscience qu'il se soucie réellement de vous et qu'il souhaite que vous vous en sortiez. Mais puisque Dieu n'oblige personne à agir contre son gré, il est indispensable que vous ayez l'ardent désir d'en finir avec la drogue. Le psalmiste David, que Dieu a soutenu bien des fois, a dit : " J'ai fermement espéré en Jéhovah, si bien qu'il a incliné vers moi son oreille et a entendu mon appel au secours. Il s'est mis en outre à me faire remonter d'une fosse mugissante, de la vase du fond. Puis il a dressé mes pieds sur un rocher ; il a solidement établi mes pas. " (Psaume 40:1, 2). Aujourd'hui, ceux qui souhaitent se purifier et servir Dieu reçoivent le même soutien.


Ils ont réussi

" C'est la pire des choses qui nous soient arrivées, confie Marcelo, qui vit à São Paulo (Brésil). Ma femme et moi n'avions rien remarqué d'anormal chez nos deux jeunes fils. Souvent ils allaient manger au restaurant avec un groupe d'amis de leur âge que nous pensions bien connaître. Puis un proche nous a appris qu'ils fumaient tous les deux de la marijuana. Nous étions effondrés. Cela dit, quand nous leur avons demandé si c'était vrai, nos fils ont reconnu immédiatement les faits. "

Comment Marcelo s'y est-il pris ? " Ma femme et moi ne pouvions cacher notre douleur, admet-il. Mais, tout en condamnant leur conduite, nous n'avons jamais remis en cause leur valeur. Désormais, notre objectif commun serait d'affranchir nos enfants de la drogue. Nous leur avons exprimé ouvertement nos intentions, et ils ont accepté nos conditions. Ils poursuivraient leurs études tout en continuant de travailler. Ils ne sortiraient plus seuls. Chaque jour, nous leur avons montré notre amour, pas seulement lors d'occasions spéciales. Je suis maçon, et je les emmenais avec moi aussi souvent que possible. Nous avons davantage joué ensemble, davantage discuté de l'avenir et de la nécessité de se fixer des buts valables dans la vie. " C'est ainsi que Marcelo et sa femme ont arraché leurs fils à l'emprise de la drogue.

Voyons le cas d'un autre père brésilien. Son fils Roberto se rappelle : " Quand mon père a appris que mon frère se droguait, au lieu de le critiquer durement ou de le discipliner, il s'est montré un ami pour lui et il a gagné sa confiance. Il a souhaité connaître les amis de mon frère et les endroits qu'il fréquentait. Puis il a raisonné avec lui, en lui expliquant qu'il n'avait besoin ni de la drogue ni de ces fréquentations. Il lui a dit qu'il ne voulait pas passer ses nuits à le chercher. " Souhaitant sauver le jeune homme, sa belle-mère a apporté tout son soutien. D'accord pour reconnaître qu'il n'y avait pas de temps à perdre, le couple a décidé de soigner le fils à la maison. — Voir l'encadré " Trouver de l'aide ".


" Goûter à la drogue est un comportement qui peut être abandonné. En être dépendant est une maladie qui se soigne. " — MINISTÈRE AMÉRICAIN DE L'ENSEIGNEMENT.


Ne baissez pas les bras !

Il est épuisant et très délicat d'élever des enfants en ces " temps critiques, difficiles à supporter ". (2 Timothée 3:1.) Cependant, ne négligez jamais vos propres besoins affectifs et spirituels (Matthieu 5:3). Combien sont justes ces paroles de Proverbes 24:10 : " T'es-tu montré découragé au jour de la détresse ? Ta force sera mince. " On peut grandement se revigorer au contact des vrais chrétiens. Vous trouverez soutien et encouragement en assistant aux réunions que les Témoins de Jéhovah tiennent dans leurs Salles du Royaume. — Hébreux 10:24, 25.

Enseigner à sa famille la foi en Dieu constituera la meilleure protection contre la drogue. Bien entendu, Dieu ne force pas les jeunes à suivre un certain mode de vie. Mais il leur donne des conseils judicieux. Voici ce qu'il déclare en Psaume 32:8 : " Je te rendrai perspicace et t'instruirai dans la voie où tu dois aller. Je veux te conseiller, l'œil sur toi. " Tel un père céleste plein d'amour, Dieu a le désir d'épargner aux jeunes un désastre affectif, physique et spirituel (Proverbes 2:10-12). Soyez assuré qu'il viendra aussi en aide aux parents déterminés à élever leurs enfants " dans la discipline et les avertissements de Jéhovah ". — Éphésiens 6:4.

Reste qu'éduquer des enfants dans le monde actuel semble parfois extrêmement difficile. Peut-on espérer un soulagement ?

Bientôt un monde sans drogue

Imaginez un monde sans drogue !

M. KOFI ANNAN a invité tous les pays à s'atteler à un tel objectif en déclarant : " Nous devons prendre des mesures nouvelles et audacieuses pour combattre ce mal, ce fléau qui a pris au piège un trop grand nombre de nos enfants. "

Bien que les dirigeants soient d'accord pour réduire la fabrication et le commerce de la drogue, cette entreprise est gigantesque. M. Hennadiy Udovenko, un Ukrainien qui a présidé une session spéciale de l'Assemblée générale des Nations unies, a dit que " le marché des stupéfiants, estimé à plus de 400 milliards de dollars par an, est l'un des trafics clandestins les plus rémunérateurs, [...] capable de corrompre ou de déstabiliser les marchés financiers mondiaux ". La toxicomanie " est désormais un phénomène mondial, a-t-il ajouté, et aucune nation n'est à l'abri de ce danger ".

Il est difficile d'imaginer un monde sans drogue. En effet, les gouvernements humains se sont montrés incapables de résoudre le problème. Toutefois, personne ne peut empêcher le Dieu Tout-Puissant de mener à bien son dessein de transformer la terre en un paradis où tous les besoins affectifs, physiques et spirituels seront comblés (Psaume 145:16 ; Luc 23:43 ; 2 Pierre 3:13). Selon le prophète Isaïe, la parole de Dieu ' ne reviendra pas vers lui sans résultat, mais elle ne manquera pas d'exécuter ce en quoi il a pris plaisir et, à coup sûr, elle aura du succès dans ce pour quoi il l'a envoyée '. — Isaïe 55:11.

Ceux qui espèrent en ces promesses en retirent des bienfaits inestimables dès à présent. Edmundo, par exemple, était toxicomane. Mais la découverte de l'espérance biblique d'un monde nouveau de justice l'a conduit à reconsidérer sa vie. " Quelle bêtise d'avoir perdu mon temps ", avoue-t-il maintenant. Son désir de conserver l'approbation de Dieu l'incite à ne plus toucher à la drogue. Oui, la connaissance de Dieu et de ses promesses peut nous donner la force dès aujourd'hui de " revêtir la personnalité nouvelle qui a été créée selon la volonté de Dieu dans une justice et une fidélité vraies ". — Éphésiens 4:24.

Nombre d'anciens toxicomanes cultivent désormais des relations intimes avec le Créateur. Ces paroles du psalmiste revêtent un sens particulier pour eux : " Des péchés de ma jeunesse et de mes révoltes, oh ! ne te souviens pas ! Selon ta bonté de cœur, souviens-toi de moi, à cause de ta bonté, ô Jéhovah ! Jéhovah est bon et droit. C'est pourquoi il instruit les pécheurs dans la voie. " (Psaume 25:7, 8). N'est-il pas réconfortant pour des parents de savoir que leurs enfants égarés peuvent se réformer ? En fournissant des efforts assidus, les parents peuvent aider leurs enfants à combattre ce fléau qu'est la drogue et à saisir " fermement la vie véritable " qu'ils connaîtront dans le monde nouveau de Dieu. — 1 Timothée 6:19.

Plan du site