Présentation / Famille / Mariage / Sauver notre couple

Prisonniers d'une union malheureuse

Extrait de Réveillez-vous ! du 8 janvier 2001, pages 3-14

Dans une société où l'on divorce à tour de bras, non seulement davantage de mariages malheureux risquent de finir par un divorce, mais davantage de mariages risquent de devenir malheureux. " — CONSEIL DE LA FAMILLE EN AMÉRIQUE.

ON A dit que beaucoup de bonheur et beaucoup de malheur proviennent de la même source : le mariage. En effet, peu de choses au monde ont le pouvoir de procurer autant de délices, ou inversement, autant de détresse. En ce qui concerne la détresse, comme l'indique l'encadré ci-contre, de nombreux couples en ont plus que leur part au quotidien.

Cependant, les chiffres du divorce ne disent pas tout. Pour chaque mariage naufragé, quantité d'autres restent à flot, mais enlisés dans des eaux stagnantes. " Avant, a confié une femme mariée depuis 30 ans, nous étions un couple heureux, mais les 12 dernières années ont été horribles. Mon mari ne s'intéresse pas à mes sentiments. C'est vraiment mon pire ennemi affectif. " Un homme marié depuis près de 25 ans a fait cette confidence désolée : " Ma femme m'a dit qu'elle ne m'aime plus. Elle prétend que la situation restera tolérable si nous arrivons à partager la même chambre tout en passant notre temps libre chacun de son côté. "

Bien sûr, arrivés à ce stade, certains couples optent pour la rupture. Pour d'autres, en revanche, il n'est pas question de divorcer. À cela Karen Kayser propose une explication : les enfants, la flétrissure sociale, les moyens financiers, les amis, les parents ou les convictions religieuses sont autant de considérations qui poussent des conjoints à rester ensemble, même sans amour. " Peu enclins au divorce juridique, dit-elle, ces conjoints choisissent de rester avec un partenaire dont ils sont affectivement divorcés. "

Un couple dont la flamme s'est éteinte doit-il se résigner à une vie d'insatisfaction ? Vie à deux sans amour ou divorce : n'y a-t-il que ces deux solutions ? L'expérience montre que beaucoup de couples en difficulté peuvent être sauvés, non seulement de la souffrance d'une rupture, mais aussi du chagrin du désamour.


LE DIVORCE DANS LE MONDE

• Australie : le taux du divorce a presque quadruplé depuis le début des années 60.

• Canada et Japon : le divorce touche un tiers des mariages.

• États-Unis : depuis 1970, les couples qui se marient n'ont plus qu'une chance sur deux de rester ensemble.

• Grande-Bretagne : selon des prévisions, 40 % des unions s'achèveront par un divorce.

• Zimbabwe : le divorce met fin à environ 40 % des mariages.


" On ne s'aime plus " : pourquoi ?

Apparemment, il est bien plus facile de tomber amoureux que de le rester. " — KAREN KAYSER.

IL NE faut sans doute pas s'étonner que les couples qui ne s'aiment plus soient légion. Le mariage n'est-il pas une relation humaine complexe, que beaucoup contractent sans grande préparation ? D'où cette réflexion du docteur Dean Edell : " Alors qu'un minimum de compétence est exigé pour décrocher le permis de conduire, une signature suffit pour avoir un certificat de mariage. "

Voilà pourquoi, si de nombreuses unions sont réussies et heureuses, bien d'autres sont vécues comme un calvaire. L'un des époux, sinon les deux, s'est lancé dans le mariage plein d'illusions, mais sans les aptitudes nécessaires pour une relation durable. " Deux individus qui deviennent proches, explique Harry Reis, se sentent énormément valorisés l'un par l'autre. " Chacun a l'impression que l'autre est " le seul être au monde qui voit les choses comme lui. Vient un jour où ce sentiment s'estompe, et, alors, une grave crise guette le couple ".

Tous les couples n'en arrivent pas là, heureusement. Examinons tout de même brièvement quelques-unes des raisons possibles du désamour dans certains cas.

La désillusion : " Ce n'est pas ce que j'avais imaginé "

" Quand j'ai épousé Jim, explique Rose, je croyais que nous serions la version moderne du Prince charmant et de la Belle au bois dormant, que nous serions tout romantisme, tendresse et considération l'un pour l'autre. " Au bout d'un certain temps, le charme du " prince " s'est effrité. " J'ai fini par le trouver affreusement décevant ", dit Rose.

Le cinéma, la littérature, la chanson populaire donnent de l'amour une image irréaliste. Des fiancés ont peut-être la sensation de vivre un rêve ; mais les mêmes personnes après quelques années de mariage se disent qu'elles auraient mieux fait de rêver moins ! Rien de tel que des fréquentations fleur bleue pour, plus tard, donner à une union viable un air de ratage total !

Il est évident que certaines attentes dans le mariage sont tout à fait raisonnables. Ainsi, quoi de plus normal que d'espérer amour, attention et soutien d'un conjoint ? Cela dit, même ces vœux ne se réalisent pas toujours. " C'est presque comme si je n'étais pas mariée " (alors qu'elle l'est depuis peu), dit une Indienne appelée Mina. Elle ajoute : " Je me sens seule et délaissée. "

L'incompatibilité : " On n'a rien en commun "

" On a des goûts et des avis opposés sur presque tout, affirme une femme. Il ne se passe pas un jour sans que je regrette amèrement de l'avoir épousé. Nous sommes très mal assortis, c'est tout. "

En général, il ne faut pas longtemps aux gens mariés pour s'apercevoir qu'ils ne sont pas si semblables qu'ils l'avaient cru pendant leurs fiançailles. " Souvent, écrit Nina Fields, le mariage fait ressortir les traits de caractère que les partenaires avaient réussi à ne pas regarder en face pendant tout le temps qu'ils étaient célibataires. "

C'est ainsi qu'une fois mariés certains couples se décrètent absolument incompatibles. " Malgré quelques similitudes de goûts et de personnalité, dit le docteur Aaron Beck, la plupart des gens qui se marient ont des styles, des habitudes et des mentalités très divergents. Quantité de couples ne savent pas composer avec ces divergences. "


QUELLES RETOMBÉES SUR LES ENFANTS ?

La qualité de votre vie de couple peut-elle affecter vos enfants ? Selon John Gottman, qui étudie des couples mariés depuis une vingtaine d'années, la réponse est oui. " En deux études de dix ans, dit-il, nous avons observé que les enfants de parents malheureux ont un rythme cardiaque plus élevé pendant les interactions ludiques et ne sont pas non plus capables de s'apaiser. Avec le temps, on retrouve les conflits conjugaux dans la baisse des résultats scolaires, quel que soit le Q. I. des enfants. " En revanche, ajoute John Gottman, les enfants de ménages qui s'entendent bien " réussissent mieux dans les domaines scolaire et relationnel, parce qu'ils ont appris de leurs parents à traiter les autres avec respect et à gérer les chagrins ".


Les conflits : " On se dispute tout le temps "

En songeant aux débuts de son mariage, Cindy commente : " La fréquence de nos disputes nous effarait : nous allions jusqu'à hurler ou, pire, à nous faire la tête pendant des jours. "

Les désaccords sont inévitables dans un ménage. Mais comment les régler ? " Dans un couple sain, écrit Daniel Goleman, mari et femme n'hésitent pas à exprimer leurs doléances. Mais trop souvent, sous le coup de la colère, les critiques prennent une tournure destructrice, comme par exemple lorsqu'un des époux décrie le caractère de l'autre. "

Quand cela arrive, le dialogue devient un champ de bataille où chacun campe sur ses positions et où les mots sont des armes plutôt que des outils de communication. À noter cette remarque d'une équipe de spécialistes : " Le plus préjudiciable dans les disputes qui dégénèrent, c'est que les partenaires ont tendance à dire des choses qui mettent en péril l'âme même de leur union. "

Le désintérêt : " On a renoncé "

Une femme mariée depuis cinq ans avouait : " J'ai renoncé à me débattre pour que notre couple marche. Je sais que ça ne marchera jamais maintenant. Alors mon seul souci, ce sont nos enfants. "

On a dit que le véritable contraire de l'amour n'est pas la haine, mais le désintérêt. C'est vrai, l'indifférence peut être tout autant fatale à un couple que l'hostilité.

Malheureusement, des conjoints s'habituent tellement à cohabiter sans s'aimer qu'ils abandonnent tout espoir de changement. Ainsi, un homme a dit qu'être marié depuis 23 ans lui faisait l'effet d'" exercer un métier qu'on n'aime pas ". Et d'ajouter : " On fait de son mieux dans la situation telle qu'elle est. " Une femme nommée Wendy (mariée depuis sept ans) a également renoncé à tout espoir vis-à-vis de son mari. " J'ai essayé tant et plus, dit-elle, mais à chaque fois il me déçoit. J'ai fait une dépression. Je ne veux plus jamais vivre ça. Si je me remets à espérer, je me casserai le nez. Je préfère ne rien attendre : ce n'est pas marrant, mais au moins je ne déprimerai plus. "

Désillusion, incompatibilité, mésentente, désintérêt : ce ne sont que quelques-unes des raisons du désamour dans le couple. Il y en a d'autres évidemment, et certaines sont effleurées dans l'encadré page 5. Mais, quelles qu'elles soient, y a-t-il un espoir pour des conjoints qui se sentent prisonniers d'une union malheureuse ?


DÉSAMOUR : AUTRES RAISONS

• L'argent : " On s'imagine que tenir un budget va unir un homme et une femme en les obligeant à coopérer, à mettre leurs ressources en commun pour se procurer les choses essentielles, et à savourer le fruit de leurs efforts. Or, là aussi, ce qui pourrait cimenter un couple dans une entreprise commune n'aboutit souvent qu'à le séparer. " — Docteur Aaron Beck.

• Les enfants : " Nous avons observé que 67 % des couples connaissent une baisse sensible de la satisfaction conjugale après la naissance du premier enfant, et que les conflits sont huit fois plus nombreux. C'est en partie dû au fait que les parents sont fatigués et ont peu de temps pour eux. " — John Gottman.

• La tromperie : " En général, l'infidélité est une tromperie ; or, qu'est-ce que la tromperie sinon purement et simplement une trahison de la confiance ? Étant entendu que la confiance est un ingrédient indispensable de tout mariage qui dure, faut-il s'étonner que la tromperie puisse briser des liens conjugaux ? " — Nina Fields.

• La sexualité : " Au moment où les couples engagent une procédure de divorce, il est terriblement banal qu'ils n'aient pas d'intimité sexuelle depuis des années. Dans certains cas, la relation sexuelle n'a jamais été établie, dans d'autres, la sexualité n'est que machinale, qu'un exutoire aux besoins physiques de l'un des partenaires. " — Judith Wallerstein, psychologue.


Y a-t-il des raisons d'espérer ?

L'ennui chez les couples en crise, c'est leur conviction qu'aucune amélioration n'est possible. Cette conviction fait obstacle au changement parce qu'elle supprime toute envie de tenter quoi que ce soit de constructif. " — DOCTEUR AARON BECK.

IMAGINEZ que vous ayez mal quelque part et que vous alliez chez le médecin pour un bilan. Non sans inquiétude, on le comprend. C'est que votre santé et peut-être même votre vie sont en jeu. Mais supposez qu'après vous avoir ausculté le docteur vous annonce une bonne nouvelle : votre ennui de santé, sans être insignifiant pour autant, se soigne très bien. D'ailleurs, ajoute-t-il, avec un régime raisonnable et un peu d'exercice, vous pouvez espérer une guérison totale. Quel soulagement ce serait, n'est-ce pas ? Ne seriez-vous pas tout disposé à suivre les conseils du médecin ?

Comparez cet exemple au sujet considéré ici. Avez-vous ' mal à ' votre couple ? Il est évident qu'aucun ménage n'est à l'abri des difficultés ou des frictions. Si quelquefois l'orage gronde entre vous, n'en déduisez pas que vous ne vous aimez plus. C'est autre chose si la situation douloureuse persiste depuis des semaines, des mois ou même des années. Là, vous avez raison de vous inquiéter, car le problème n'est pas insignifiant. C'est que la qualité de l'ambiance conjugale influe sur votre vie dans presque tous ses aspects et sur celle de vos enfants. On pense par exemple que des troubles comme la dépression, la baisse de productivité au travail et l'échec scolaire des enfants sont souvent imputables à la mésentente conjugale. Mais ce n'est pas tout. Les chrétiens admettent que l'état de leur relation avec leur conjoint peut affecter leur relation avec Dieu. — 1 Pierre 3:7.

Votre couple bat de l'aile ? La situation n'est pas forcément sans issue. Partez du principe réaliste que tout n'est pas toujours rose dans le mariage, et vous saurez relativiser vos problèmes, mais aussi vous employer à les régler. Un certain Isaac dit ceci : " J'ignorais qu'il était normal pour les gens mariés de ne pas être toujours au beau fixe dans leur entente. Alors je pensais que quelque chose n'allait pas chez nous. "

Même si votre couple est tellement mal en point que vous pensez ne plus vous aimer, il peut être sauvé. Certes, et surtout si la crise dure depuis des années, votre vie conjugale tumultueuse a sans doute laissé des blessures profondes. Il y a néanmoins des raisons solides d'espérer. C'est là qu'entre en jeu un facteur essentiel : la motivation. Même des conjoints dont la mésentente est grave peuvent aller vers le mieux s'ils y tiennent suffisamment tous les deux [1 – On reconnaîtra que dans certains cas extrêmes il peut y avoir des raisons valables de se séparer (1 Corinthiens 7:10, 11). De plus, la Bible autorise le divorce pour motif de fornication (Matthieu 19:9). Demander ou non le divorce d'un conjoint infidèle est une décision personnelle du conjoint trompé, que l'entourage ne devrait pas chercher à influencer dans un sens ou dans l'autre. — Voir Le secret du bonheur familial, pages 158-61, publié par les Témoins de Jéhovah.].

Demandez-vous donc : " Est-ce que je désire vraiment arriver à établir une relation satisfaisante ? " Êtes-vous tous les deux disposés à faire des efforts pour que votre couple aille mieux ? Le docteur Beck déclare encore : " Je suis souvent surpris de voir une relation manifestement mauvaise se rétablir grâce à la coopération des partenaires pour combler les manques et consolider les points forts de leur couple. " Maintenant, si votre conjoint n'a pas envie d'y mettre du sien, ou qu'il semble ne pas se rendre compte qu'il y a un problème, est-ce peine perdue que vous soyez le seul à faire des efforts ? Pas du tout ! " Il se peut que votre partenaire change rien qu'en vous voyant, vous, changer, dit le docteur Beck. Cela arrive souvent. "

Ne décrétez pas hâtivement que pour vous deux c'est impossible. Peut-être ce défaitisme est-il justement la plus grande menace sur votre couple ! Il faut que l'un de vous prenne l'initiative. Pourquoi pas vous ? Une fois l'élan donné, qui sait si votre conjoint ne verra pas l'intérêt de coopérer pour construire une union plus heureuse ?

Que faire donc, soit individuellement, soit à deux, pour sauver votre couple ? La Bible est une aide efficace dans la réponse à cette question. Voyons en quoi.

Vous pouvez sauver votre couple !

La Bible abonde en conseils pratiques susceptibles d'aider les maris et les femmes. Quoi d'étonnant, puisque Celui qui l'a inspirée est aussi l'Auteur du mariage !

LA BIBLE donne une image réaliste du mariage. Elle ne cache pas que mari et femme auront " des tribulations ", ou, selon la version en Français courant, " des tracas ". (1 Corinthiens 7:28.) Par ailleurs, elle dit que le mariage peut et doit rendre joyeux, et même griser (Proverbes 5:18, 19). Deux idées contradictoires ? Non, elles montrent seulement qu'en dépit de graves difficultés un couple peut arriver à nouer un lien très fort et très tendre.

Votre couple ne ressemble pas à cela ? Le chagrin et la désillusion auraient-ils pris le pas sur l'intimité et la joie qui autrefois caractérisaient votre relation ? Même si vous ne vous aimez plus depuis des années, il est possible de retrouver ce qui a été perdu. Bien sûr, vos attentes doivent rester raisonnables. L'homme et la femme imparfaits capables de former le couple parfait n'existent pas. Cependant, il y a des moyens d'inverser les tendances négatives.

Tout en lisant cet article, essayez de repérer les idées qui s'appliquent particulièrement à votre ménage. Au lieu de vous concentrer sur les manquements de votre conjoint, choisissez quelques suggestions que vous pouvez, personnellement, mettre en pratique, après quoi appliquez les conseils bibliques. Vous vous rendrez probablement compte qu'il y a davantage d'espoir pour votre couple que vous ne le pensiez.

Étant donné que votre conception de l'engagement et vos sentiments envers votre conjoint sont de la plus haute importance, abordons d'abord la question de l'état d'esprit.

Votre conception de l'engagement

Si vous voulez ressouder votre couple, vous devez voir les choses à long terme. Le mariage tel que Dieu l'a conçu n'est-il pas censé lier deux êtres humains inséparablement (Genèse 2:24 ; Matthieu 19:4, 5) ? Votre relation avec votre conjoint n'est donc pas comme un emploi dont vous pouvez démissionner ou un appartement que vous pouvez quitter par une simple résiliation de bail et un déménagement. Non, quand on se marie, on fait la promesse solennelle de rester avec son conjoint, quoi qu'il advienne. L'engagement est profond, dans l'esprit de ce que Jésus Christ déclara il y a près de 20 siècles : " Ce que Dieu a attelé au même joug, que l'homme ne le sépare pas. " — Matthieu 19:6.

Certains diront : " Bon, nous sommes toujours ensemble. N'est-ce pas la preuve que nous nous sentons engagés ? " Peut-être. Toutefois, comme on le relève dans l'introduction de ce dossier, certains couples qui restent ensemble sont enlisés dans des eaux stagnantes, prisonniers d'un mariage malheureux. Ce que vous voulez, ce n'est pas une union seulement supportable, mais une union épanouissante. Cet engagement devrait traduire votre fidélité non seulement à l'institution du mariage, mais aussi à la personne que vous avez fait le vœu d'aimer et de chérir. — Éphésiens 5:33.

Les propos que vous tenez à votre conjoint sont révélateurs de la profondeur de votre engagement. Ainsi, il arrive que dans l'ardeur d'une dispute mari et femme s'envoient à la figure des : " Je te quitte ! " ou : " Je vais me trouver quelqu'un qui saura m'apprécier à ma juste valeur ! " Quoique exagérées, ces petites phrases sont une négation du principe d'engagement, laissant entendre que la porte est toujours ouverte et que celui qui les prononce se tient prêt à la passer.

Pour ramener l'amour dans votre couple, éliminez ces menaces de vos dialogues. En effet, entreprendriez-vous de mettre à neuf un appartement tout en sachant qu'un jour ou l'autre vous risquez d'en partir ? De même, comment pouvez-vous espérer que votre conjoint fera des efforts pour une union dont il ne sait si elle durera ? Prenez la résolution de chercher activement des solutions.

C'est ce qu'une femme a fait après avoir traversé une crise dans son couple. " Même s'il m'horripilait par moments, je ne songeais pas à une rupture, dit-elle. Quoi qu'on ait brisé, on le réparerait d'une manière ou d'une autre. Et maintenant, après deux années très éprouvantes, je peux dire franchement que de nouveau nous sommes plutôt heureux ensemble. "

En effet, engagement est synonyme de collaboration — autrement dit pas simplement de cohabitation, mais de travail en commun vers le même but. Mais voilà, vous, au stade où vous en êtes, seul le sens du devoir vous empêche de vous séparer. Encore une fois, ne désespérez pas. Il n'est pas impossible de faire revivre votre amour. Comment ?


ENVOYEZ LA BALLE AVEC DOUCEUR

La Bible dit : " Que votre parole soit toujours accompagnée de charme, assaisonnée de sel, pour savoir comment vous devez répondre à chacun. " (Colossiens 4:6). N'est-ce pas tout à fait approprié au mariage ? Illustrons : Quand on joue à la balle, on la lance de manière à ce que notre partenaire l'attrape facilement. Il ne nous vient pas à l'idée de la lui jeter si fort qu'elle le blesse. Appliquez ce même principe quand vous parlez à votre conjoint. L'accabler de remarques cinglantes ne fait que du mal. Au contraire, lui parler avec douceur, avec " charme ", c'est lui permettre de ' réceptionner ' votre pensée.


Honorez votre conjoint

" Que le mariage soit honorable chez tous ", dit la Bible (Hébreux 13:4 ; Romains 12:10). Des formes du mot grec traduit ici par " honorable " sont rendues ailleurs dans la Bible par " estimé " et " précieux ". Nous prenons un soin méticuleux de ce qui a beaucoup de valeur pour nous, n'est-ce pas ? Avez-vous déjà observé le comportement d'un homme qui a payé très cher sa voiture ? C'est son petit bijou, il ne cesse de la bichonner, de la faire reluire. Une égratignure à peine visible, et il crie à la catastrophe ! D'autres sont ainsi avec leur santé. Pourquoi ? Parce qu'ils tiennent vivement à leur bien-être et veulent le préserver.

Soyez tout aussi attentionnés pour votre couple. L'amour " espère tout ", dit la Bible (1 Corinthiens 13:7). Plutôt que de tomber dans un raisonnement défaitiste — peut-être en faisant une croix sur toute possibilité d'amélioration par des sentences comme : " On ne s'est jamais vraiment aimés ", " On s'est mariés trop jeunes ", ou : " On ne savait pas ce qu'on faisait " — pourquoi ne pas espérer du mieux et y travailler en attendant patiemment les résultats ? " ' J'ai laissé tomber ! ' est un refrain qui revient si souvent dans la bouche de mes clients ! témoigne une conseillère matrimoniale. Au lieu d'analyser leur climat relationnel pour trouver où le bât blesse, ils ont tôt fait de passer l'affaire aux pertes et profits et de tirer un trait même sur les valeurs qu'ils partagent, sur leur histoire commune et sur toute perspective d'amélioration. "

Quel vécu commun possédez-vous ? Malgré les tensions entre vous, vous pouvez certainement vous remémorer des bons moments, des projets concrétisés ou des défis relevés ensemble. Ravivez ces souvenirs, et montrez que vous honorez votre mariage et votre conjoint en vous efforçant sincèrement d'améliorer votre relation. La Bible indique que Jéhovah se soucie vivement de la façon dont les conjoints se traitent l'un l'autre. Ainsi, au temps du prophète Malaki, il a blâmé les Israélites qui trahissaient leurs femmes en divorçant d'avec elles pour des futilités. Si vous êtes chrétiens, vous voulez que votre mariage honore Jéhovah Dieu. — Malaki 2:13-16.


SOUVENEZ-VOUS !

Relisez des vieilles lettres, regardez des vieilles photos. Et demandez-vous : " Qu'est-ce qui m'a attiré(e) vers lui (elle) ? Quelles qualités forçaient mon admiration ? Quelles activités avions-nous ensemble ? Qu'est-ce qui nous faisait rire ? " Puis parlez de ces souvenirs avec votre conjoint. Une conversation commençant par un " Tu te rappelles le temps où... ? " pourrait bien vous aider à raviver les sentiments que vous éprouviez autrefois l'un pour l'autre.


Quelle est la gravité de vos désaccords ?

Il semble qu'une cause majeure de dégradation du couple soit l'incapacité des conjoints à gérer les désaccords. Comme il n'existe pas deux personnes pareilles, tous les couples ont forcément de petites fâcheries de temps à autre. Mais ceux qui se querellent constamment voient au fil des années leur amour se refroidir. Ils peuvent même finir par décréter : " On n'est pas assortis. On se dispute tout le temps ! "

Pourtant, des désaccords seuls ne sonnent pas obligatoirement le glas de votre couple. Revoyez plutôt votre façon de les gérer. Dans un couple épanoui, mari et femme ont appris à discuter de leurs problèmes sans devenir, selon l'expression d'un psychologue, " ennemis intimes ".

" Le pouvoir de la langue "

Savez-vous discuter de vos problèmes ? Vous devriez y être disposés l'un et l'autre. C'est tout un art, parfois difficile à apprendre. Pourquoi ? Déjà, l'imperfection nous amène tous à ' trébucher en parole '. (Jacques 3:2.) Par ailleurs, certains viennent de familles dont l'un des parents avait des colères fréquentes : ils ont, en un sens, appris dès l'enfance à trouver normales les explosions de fureur et les injures. Un garçon élevé dans une telle ambiance peut devenir " un homme porté à la colère ", quelqu'un d'" enclin à la fureur ". (Proverbes 29:22.) De même, une fille peut devenir ainsi " acariâtre et querelleuse ". (Proverbes 21:19, Maredsous.) Des schémas de pensée et de réaction à l'autre, fortement enracinés, sont parfois difficiles à extirper [2 –  L'influence des parents n'excuse pas les paroles méchantes envers son conjoint. Elle peut toutefois expliquer comment une telle tendance est devenue une seconde nature dont on a du mal à se défaire.].

Pour gérer les désaccords, il faut donc apprendre à exprimer autrement ses pensées. Ce n'est pas rien, compte tenu de ce proverbe biblique : " La mort et la vie sont au pouvoir de la langue. " (Proverbes 18:21). En effet, aussi simple que cela paraisse, votre manière de parler à votre conjoint a le pouvoir de détruire votre relation ou au contraire de la ranimer. " Il existe tel homme qui parle inconsidérément comme avec des coups d'épée, dit un autre proverbe, mais la langue des sages est guérison. " — Proverbes 12:18.

Même s'il vous semble que c'est votre conjoint qui a ' commencé ', faites attention à ce que vous dites, vous, pendant une dispute. Êtes-vous blessant ou apaisant ? Faites-vous monter la rage ou la désarmez-vous ? " Une parole qui cause de la douleur fait monter la colère ", dit la Bible. Par contre, " une réponse, lorsqu'elle est douce, détourne la fureur ". (Proverbes 15:1.) Même dites d'une voix calme, des paroles qui causent de la douleur mettent le feu aux poudres.


AUTRE PARTENAIRE, MÊMES PROBLÈMES

Certaines personnes qui se sentent prisonnières d'une union malheureuse sont tentées de tout recommencer avec un nouveau partenaire. Mais la Bible condamne l'adultère, disant que celui qui commet ce péché " manque de cœur [' est insensé ', Votre Bible] " et qu'il " supprime son âme ". (Proverbes 6:32.) En fin de compte, le conjoint adultère qui ne manifeste pas de remords perd la faveur de Dieu, ce qui est la pire façon de supprimer son âme. — Hébreux 13:4.

Le caractère insensé d'une telle conduite est évident d'autres manières encore. Déjà, la personne adultère qui refait sa vie a toutes les chances de rencontrer les mêmes problèmes que dans son premier mariage. Diane Medved soulève un autre élément à considérer : " La première chose que votre nouveau partenaire a sue de vous, dit-elle, c'est que vous étiez disposé(e) à être infidèle. Il ou elle sait que vous êtes capable de tromper quelqu'un à qui vous avez juré fidélité. Que vous êtes un(e) champion(ne) des bonnes excuses. Qu'on peut vous faire oublier vos engagements. Que le plaisir des sens ou la satisfaction de votre petite personne sont des appâts auxquels vous mordrez. [...] Comment votre deuxième conjoint pourrait-il être sûr que vous ne recéderez pas à une tentation un jour ? "


Bien sûr, si quelque chose vous tracasse, vous avez le droit de vous exprimer (Genèse 21:9-12). Mais faites-le sans recourir aux sarcasmes, aux insultes ou au dénigrement. Limitez strictement vos propos, définissez ce que vous vous interdisez de dire à votre conjoint, comme : " Je te déteste " ou : " On n'aurait jamais dû se marier. " Il est sage également de suivre la recommandation de Paul, valable même si elle ne visait pas précisément le mariage, de ne pas s'embarquer dans des " débats sur des mots " ou des " altercations violentes sur des riens [3 – Le mot grec originel traduit par " altercations violentes sur des riens " peut se rendre aussi par " irritations réciproques ".] ". (1 Timothée 6:4, 5.) Si votre conjoint le fait, ne vous sentez pas obligé de l'imiter. Pour autant que cela dépend de vous, poursuivez la paix. — Romains 12:17, 18 ; Philippiens 2:14.


Quand vous parlez, êtes-vous blessant ou apaisant ?


Il est vrai qu'il est difficile de maîtriser ses paroles quand la fureur éclate. " La langue est un feu ", dit Jacques, rédacteur de la Bible. " Personne parmi les humains ne peut la dompter. C'est une chose mauvaise, déréglée, pleine d'un poison qui donne la mort. " (Jacques 3:6, 8). Que pouvez-vous donc faire quand la colère monte ? Comment vous adresser à votre conjoint de façon à étouffer la dispute au lieu de l'embraser ?

Désamorcez les disputes explosives

Certains trouvent qu'il est plus facile d'apaiser la colère et de s'attaquer à ce qui la provoque en mettant en avant plutôt leurs sentiments que les actions de leur conjoint. Par exemple, déclarer : " Ça me fait mal ce que tu dis " est beaucoup plus efficace que : " Vas-y, continue à m'enfoncer ! " ou : " Tu n'as rien de mieux à dire ? " Bien sûr, quand on exprime ce que l'on ressent, il ne faut pas que ce soit sur un ton aigre ou méprisant. Le but est de signaler le problème et non pas d'attaquer la personne. — Genèse 27:46–28:1.

De plus, rappelez-vous toujours qu'il y a " un temps pour se taire et un temps pour parler ". (Ecclésiaste 3:7.) Quand deux personnes parlent en même temps, ni l'une ni l'autre n'écoute, et on n'arrive à rien. Par conséquent, lorsque c'est à vous d'écouter, soyez " prompt à entendre, lent à parler ". Tout aussi important, soyez " lent à la colère ". (Jacques 1:19.) Ne prenez pas au premier degré toutes les paroles dures que votre conjoint laisse échapper ; ne vous ' hâtez pas dans votre esprit de vous offenser '. (Ecclésiaste 7:9.) Essayez plutôt de discerner les sentiments derrière les mots. " La perspicacité d'un homme retarde sa colère, dit la Bible, et sa beauté est de passer sur la transgression. " (Proverbes 19:11). La perspicacité aidera mari ou femme à discerner ce qui se cache derrière le désaccord.

Supposons qu'une femme se plaigne que son mari ne lui consacre pas assez de temps : ce n'est probablement pas d'heures et de minutes qu'elle se soucie. Sans doute est-ce plutôt parce qu'elle se sent délaissée ou incomprise. De même, si un mari proteste parce que sa femme a fait un achat sur un coup de tête, ce n'est probablement pas de zéros et de virgules qu'il se soucie. Il est plus vraisemblable qu'il soit froissé de n'avoir pas été consulté. Le mari ou la femme perspicace gratte la surface et va au cœur du problème. — Proverbes 16:23.

Plus facile à dire qu'à faire ? Sûrement ! Quelquefois, malgré tous les efforts du monde, on lâche des paroles agacées et aussitôt le torchon brûle ! Quand vous voyez les premières étincelles, suivez ce conseil de Proverbes 17:14 : " Avant [...] qu'éclate la querelle, prends congé. " Il n'y a rien de mal à remettre la discussion à plus tard pour laisser l'irritation retomber. Si vous avez du mal à dialoguer sans vous échauffer, ayez la sagesse de demander la présence d'un ami mûr qui vous aidera à démêler vos malentendus [4 – Les Témoins de Jéhovah ont la possibilité de s'adresser aux anciens. Les anciens n'ont pas vocation à s'ingérer dans les affaires personnelles des couples, mais ils sont aptes à apporter une aide réconfortante à ceux qui sont en crise. — Jacques 5:14, 15.].

Restez réalistes

Ne vous découragez pas si votre couple ne ressemble pas à ce que vous aviez entrevu durant vos fréquentations. Un groupe de spécialistes affirme : " Rares sont les couples dont le mariage est un ravissement sans fin. Pour la plupart, c'est tantôt merveilleux et tantôt très dur. "

C'est vrai, votre union n'est peut-être pas un conte de fées, mais elle n'est pas forcément un désastre. Il y aura des moments où vous devrez vous contenter de vous supporter l'un l'autre, mais il y en aura aussi d'autres où vous pourrez oublier vos différences pour être simplement bien ensemble, à rire et à converser en amis (Éphésiens 4:2 ; Colossiens 3:13). C'est dans ces moments-là que vous aurez la possibilité de ranimer votre amour éteint.

Dites-vous bien qu'il est impossible que deux personnes imparfaites vivent une union parfaite. Mais un certain bonheur est à leur portée. En effet, même avec des difficultés, la relation qui vous unit à votre conjoint peut vous procurer une satisfaction immense. Une chose est sûre : si vous faites tous les deux des efforts, si vous êtes prêts à vous montrer souples et à chercher l'avantage de l'autre, il y a de bonnes raisons de penser que vous pouvez sauver votre couple. — 1 Corinthiens 10:24.


LA SAGESSE DES PROVERBES BIBLIQUES

• Proverbes 10:19 : " Dans l'abondance des paroles la transgression ne manque pas, mais celui qui retient ses lèvres se montre avisé. "

Quand nous sommes en colère, les mots risquent de dépasser notre pensée et nous pourrions ensuite nous en mordre les lèvres.

• Proverbes 15:18 : " Un homme furieux excite la dispute, mais qui est lent à la colère apaise la querelle. "

Des accusations cinglantes ont tout pour hérisser votre conjoint, alors qu'une écoute patiente vous aidera à parvenir ensemble à une solution.

• Proverbes 17:27 : " Quiconque retient ses paroles possède de la connaissance, et un homme de discernement a l'esprit calme. "

Quand on sent monter la colère, mieux vaut se taire pour désamorcer une altercation explosive.

• Proverbes 29:11 : " Un homme stupide laisse sortir tout son esprit, mais qui est sage le maintient dans le calme jusqu'au bout. "

La maîtrise de soi est indispensable. S'emporter et lâcher une bordée de paroles dures ne fait que distendre vos liens avec votre conjoint.


Plan du site